Belvédère demande à être de nouveau placé en redressement

le
0

PARIS (Reuters) - Belvédère a annoncé vendredi qu'il demandait à être de nouveau placé en redressement judiciaire après une décision de la cour d'appel de Nîmes annulant la procédure de sauvegarde du groupe de spiritueux.

La Cour d'appel de Nîmes a annulé jeudi l'extension qui avait été faite à Belvédère de la procédure collective de redressement judiciaire ouverte à l'égard de sa filiale Moncigale.

Belvédère, dont la dette financière nette s'élevait à 577,7 millions d'euros fin juin 2011, indique dans un communiqué que sa demande de procédure indépendante de celle de Moncigale "permettra de poursuivre la stratégie de désendettement préalablement annoncée, sous la protection de la loi, et protégera la société dans cette optique".

"Dans l'attente de l'ouverture, la plus rapide possible, de cette procédure indépendante, la société demeure protégée par la reconnaissance publique de son état de cessation des paiements qui exposerait toutes personnes voulant agir à son encontre à subir des procédures de nullité des actes accomplis et des poursuites", ajoute le groupe.

Le 1er juillet 2011, le tribunal de commerce de Nîmes avait ouvert au bénéfice de Belvédère une procédure de sauvegarde convertie le 20 septembre en procédure de redressement judiciaire.

Mais le ministère public a ensuite fait appel de cette décision pour vices de procédure.

Belvédère est en conflit depuis trois ans avec ses créanciers, qui l'accusent de s'être surendetté en 2006 pour acheter les liqueurs Marie Brizard et de sacrifier désormais ses filiales pour sauver la holding.

Le groupe, propriétaire de la vodka Sobieski et du whisky William Peel, emploie 3.650 personnes, dont 750 en France. Il a cumulé plus de 300 millions d'euros de pertes nettes depuis 2008.

Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant