Belle Alliance populaire : le PRG et sa politique de la chaise vide

le
2
Sylvia Pinel rencontrera « vraisemblablement » la direction du Parti socialiste la semaine prochaine. 
Sylvia Pinel rencontrera « vraisemblablement » la direction du Parti socialiste la semaine prochaine. 

Le Parti radical de gauche et La Belle Alliance populaire, c'est fini... en tout cas pour le moment ! Le 29 juin, le parti a officiellement suspendu sa participation au mouvement initié par le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis en avril dernier. Une alliance aujourd'hui plus frêle que belle, puisqu'elle ne compte désormais plus que deux entités : le PS et l'Union des démocrates écologistes, l'association du Front démocrate, de Génération écologie et d'Écologistes !. Ces dernières semaines, Sylvia Pinel, la patronne du PRG, a planté plusieurs banderilles en dénonçant la « décision unilatérale du PS d'organiser des primaires » et en boycottant l'assemblée générale de la BAP le 2 juillet dernier.

Mais la dernière offensive en date est interne au gouvernement. Trois jours après l'AG, Jean-Michel Baylet a lui aussi décidé de défendre la chapelle dont il a été le leader pendant vingt ans. C'est dans les colonnes du Parisien

que le ministre de l'Aménagement de territoire s'est exprimé sur la situation, avec le franc-parler qu'on lui connaît : « On a appris l'existence de ces primaires dans la presse. Ce n'est quand même pas une façon de traiter ses alliés les plus loyaux et les plus fidèles ! [...] Qu'est-ce qu'ils ont à gagner à traiter leurs alliés de la pire manière, alors qu'il ne reste pas forcément grand monde ? [La...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 5 mois

    Je ne savais même pas que ça existait, pour dire si ça devait servir à grand chose. Quels comiques ces socialos.

  • bordo il y a 5 mois

    Quelle farce que cette belle alliance populaire, qui n'est ni belle, ni une alliance (il faut être deux), ni populaire (çà fait longtemps que le PS ne sait même plus ce qu'est le peuple)