Belhanda sauve Nice de la défaite

le
0
Belhanda sauve Nice de la défaite
Belhanda sauve Nice de la défaite

Dominateurs dans le jeu, les Niçois ont concédé l'ouverture du score après un pénalty bêtement concédé par Malang Sarr. Younès Belhanda, très intéressant dans le jeu cet après-midi, a inscrit le but égalisateur en fin de match.

Montpellier HSC 1-1 OGC Nice

Buts : Boudebouz (67e, sp) pour Montpellier // Belhanda (85e) pour Nice

Il est de retour chez lui, dans sa maison, dans son jardin. Younès Belhanda a tout connu, ou presque, sous le maillot montpelliérain. C'est ici, à la Mosson, qu'il a fait ses débuts en professionnel en 2009, ici qu'il a remporté le titre de champion de France au nez et à la barbe du Paris Saint-Germain en 2012, ici qu'il a entendu résonner l'hymne bien connu de la Ligue des champions contre Arsenal, Schalke et l'Olympiakos. Mais en ce dimanche ensoleillé de septembre, Younès Belhanda s'est changé dans le vestiaire visiteurs du stade de La Mosson, en compagnie de ses nouveaux coéquipiers niçois. Et l'international marocain semble s'être déjà parfaitement intégré dans le collectif azuréen. Intelligent dans ses transmissions, brillant sur ses déviations, il aurait pu jouer un bien mauvais tour à ses anciens partenaires en ouvrant le score au quart de jeu. Il a plutôt préféré attendre la 85e minute de la rencontre pour venir marquer le but égalisateur, son premier cette saison, alors que les Montpelliérains pensaient arracher trois précieux points au classement.

Une vraie bataille au milieu de terrain


Début de match timide à la Mosson. Sous le charme de la belle Aurore Kichenin, miss Languedoc-Roussillon 2016, venue donner le coup d'envoi fictif de la rencontre, Ryad Boudebouz et les siens peinent à mettre le pied sur le ballon. Pourtant privés de Jean-Michaël Seri (blessé) et Vincent Koziello (remplaçant), les Niçois imposent leur rythme au milieu de terrain sous l'impulsion de Bodmer et Lusamba. Les joueurs de Lucien Favre tentent d'alerter Pléa, seul à la pointe de l'attaque azuréenne en l'absence de Balotelli, mais l'ancien Lyonnais est surveillé de près par la charnière centrale montpelliéraine. Titularisé aux côtés de Vitorino Hilton, de retour de blessure, Daniel Congré se troue à trente mètres de ses cages et laisse filer Younés Belhanda seul au but. L'international marocain se présente face à Jourdren et manque de justesse dans son plat du pied qui vient frôler le montant du portier héraultais (13e). Les hommes de…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant