Belhaj, l'ex-djihadiste rallié à l'Occident 

le
0
Rencontre avec le nouveau gouverneur militaire de Tripoli qui a participé en première ligne à la prise de la capitale.

Les révolutions produisent parfois des rapprochements surprenants. Ancien djihadiste en Afghanistan, militant islamiste pourchassé par la police libyenne, recherché, arrêté et sans doute torturé par la CIA avant d'être livré à Kadhafi, Abdel Hakim Belhaj, nouveau gouverneur militaire de Tripoli, se présente aujourd'hui comme un allié de l'Otan et des Occidentaux, et ne tarit pas d'éloges sur la France. Mais ses liens passés avec le djihad international et, réels ou supposés, avec al-Qaida, ont déjà été dénoncés comme le signe d'un début de mainmise des islamistes sur la révolution libyenne.

Son quartier général est installé dans l'enceinte de l'aéroport de Mitiga, à l'est de Tripoli, ancienne base aérienne américaine jusqu'en 1970, avec ses églises préfabriquées et ses bungalows encerclés par les hautes herbes.

Âgé de 45 ans, la barbe courte, vêtu d'un treillis camouflé, la voix basse et le débit rapide, Belhaj psalmodie avant de répondre aux q

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant