Belgique: vers la fin de la crise politique

le
0
Après dix-huit mois d'impasse politique, le socialiste wallon Elio Di Rupo pourrait devenir le prochain premier ministre.

La Belgique, privée de gouvernement digne de ce nom depuis près de dix-huit mois, voit le bout du tunnel. Les huit partis traditionnels ont arraché un accord pour davantage de fédéralisme et fait sauter du même coup le verrou entre 5 millions de francophones et 6 millions de Flamands.

Le socialiste wallon Elio Di Rupo, négociateur de la percée, paraît bien parti pour succéder au Flamand Yves Leterme, premier ministre démissionnaire depuis le 22 avril 2010. Au sortir d'une impasse politique sans précédent, c'est donc un francophone qui deviendrait chef du gouvernement fédéral, une première depuis la fin des années 1970.

La Belgique, en s'enfonçant dans le marasme, a fini par porter tous les stigmates d'une Europe elle-même en crise: l'absence de direction politique claire, le ressentiment du Nord (riche et flamand) face au Sud (déficitaire et wallon) et, pour finir, une pression financière illustrée par le naufrage de la banque Dexia. Depuis vendredi, l'agence

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant