Belgique : Laura, 24 ans, victime de souffrance psychique, veut être euthanasiée

le
0
Belgique : Laura, 24 ans, victime de souffrance psychique, veut être euthanasiée
Belgique : Laura, 24 ans, victime de souffrance psychique, veut être euthanasiée

Laura a 24 ans et c'est, en apparence, une jeune femme belge en bonne santé physique, passionnée de théâtre et de photographie. Elle vit dans un studio quelques jours par semaine car elle passe la majorité de son temps dans un institut psychiatrique où elle est en séjour long. Elle est, dit-elle, depuis toujours en proie à une souffrance psychique insupportable... à un point tel, qu'elle souhaite mettre un terme à sa vie. Elle a demandé a être euthanasiée... Son histoire va faire débat dit le journal Le Monde, tant cette décision ne peut laisser personne indifférent.

Dans une interview parue dans le journal De Morgen,quotidien belge néerlandophone, la jeune femme explique pourquoi elle veut mourir : «J’ai l’air très calme maintenant, mais probablement que tout à l’heure je me roulerai par terre à cause de la douleur que je m’inflige. Mon combat intérieur n’a jamais de fin». C'est pourquoi Laura souhaite mettre fin à sa vie. Une envie qu'elle a depuis «la maternelle».... assure-t-elle.

Une légalisation des suicides

Elle a tenté plusieurs fois de se suicider, s'est infligé des automutilations. Elle a vécu une grande histoire d'amour qui s'est mal terminée. C'est alors qu'elle a décidé de se faire interner. Et aujourd'hui, elle dit vouloir  disparaître. «Mes amis et ma famille ont compris. Ils connaissent mon histoire et savent que c’est la meilleure solution pour moi».

Laura a obtenu l’avis favorable de trois médecins, comme le veut la procédure en Belgique. Elle mourra cet été. La loi du 28 mai 2002 autorise les patients à faire une demande d’euthanasie quand leur «souffrance physique et/ou psychique est constante, insupportable et inapaisable». Une forme de légalisation du suicide.

Selon le professeur Wim Distelmans, président de la commission fédérale de contrôle et d’évaluation de l’euthanasie, également interviewé par De Morgen, environ 50 personnes reçoivent une euthanasie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant