Belgique : l'audience sur la libération conditionnelle de Marc Dutroux reportée

le
1
Belgique : l'audience sur la libération conditionnelle de Marc Dutroux reportée
Belgique : l'audience sur la libération conditionnelle de Marc Dutroux reportée

Marc Dutroux ne se présentera pas au Tribunal d'application des peines de Bruxelles lundi. Le meurtrier pédophile belge a demandé le report de l'audience devant examiner son éventuelle libération conditionnelle. Cette décision a été prise car le plan de réinsertion, que devait présenter Marc Dutroux, est incomplet, selon le site internet de la RTBF.

Le Tribunal d'application des peines (TAP) de Bruxelles devait examiner, à huis clos, la demande de libération conditionnelle du pédophile. Le TAP avait refusé mi-février la demande de Marc Dutroux de bénéficier d'un bracelet électronique. Cette décision ne constituait toutefois pas un obstacle à une éventuelle libération conditionnelle.

Le TAP devrait accorder environ deux ou trois mois à Marc Dutroux et à son avocat pour renforcer leur dossier, avance la RTBF sur son site internet. Actuellement écroué à Nivelles, au sud de Bruxelles, Marc Dutroux a introduit une demande de libération conditionnelle fin avril comme il y était autorisé, après avoir purgé le tiers de sa peine (la perpétuité étant assimilée à 45 ans de prison).

Les observateurs belges estiment tous qu'il n'a pratiquement aucune chance de l'obtenir, même si son ex-femme et complice Michelle Martin y a eu droit et vit désormais dans un monastère de la région de Namur (sud), à l'abri des regards.

Marc Dutroux a été condamné en juin 2004 à la réclusion à perpétuité pour l'enlèvement, la séquestration et le viol, entre juin 1995 et août 1996, de six fillettes et adolescentes belges, ainsi que de la mort de quatre d'entre elles.

VIDEO. Le rappel de l'affaire Dutroux (INA)

Les grandes dates de l'affaire Dutroux

1989. 26 avril : Marc Dutroux, 32 ans, et sa compagne Michelle Martin, 29 ans, sont condamnés respectivement à 13 ans et 5 ans de prison pour l'enlèvement et le viol de cinq fillettes et adolescentes, avant de bénéficier de libérations anticipées.

1995. 24 juin : Julie...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mjjmimi le dimanche 2 juin 2013 à 17:45

    que la justice le libère afin que l'on puisse le flinguer!