Belgique-Deux morts dans un raid antiterroriste à Verviers

le
0

(Actualisé avec déclarations du Premier ministre) par Christian Levaux BRUXELLES, 15 janvier (Reuters) - La police belge a mené jeudi une opération antiterroriste à Verviers, près de Liège, au cours de laquelle deux personnes appartenant à un groupe qui préparait des "attaques terroristes d'envergure" ont été tuées, a annoncé un substitut du procureur. Des unités des forces spéciales de la police fédérale sont intervenues dans le cadre de mandats délivrés par un juge d'instruction spécialisé en matière de terrorisme pour faire exécuter une dizaine de perquisitions dans les arrondissements judiciaires de Verviers, Bruxelles et Vilvorde. "L'opération menée à Verviers s'est conclue par la mort de deux personnes et par l'arrestation d'une troisième", a dit Eric Van Der Sypt précisant que les perquisitions visaient une cellule opérationnelle de personnes dont certaines revenaient de Syrie. Pour l'instant aucun lien formel n'a été établi avec les attaques terroristes menées la semaine passée à Paris qui ont coûté la vie à 17 personnes, a-t-il ajouté. Les enquêtes menées en Belgique avaient commencé avant l'attaque par les frères Chérif et Saïd Kouachi contre le journal Charlie Hebdo le 7 janvier. "L'enquête a permis de déterminer que ce groupe était sur le point de commettre des attentats terroristes d'envergure en Belgique et ce de manière imminente", a dit un autre substitut du procureur, Thierry Werts. "Lors de l'intervention à Verviers, les suspects ont immédiatement et durant de longues minutes ouvert le feu au moyen d'armes de guerre et d'armes de poing sur les unités spéciales de la police fédérale avant d'être neutralisés", a-t-il ajouté. Aucun témoin ou aucun policier n'a été blessé lors de l'intervention, a-t-il dit. La presse locale rapportait que la police était intervenue dans un appartement situé au dessus d'une boulangerie dans une rue proche de la gare de Verviers. Une photo publiée par un témoin sur Twitter montre la rue barrée par des véhicules de police et des ambulances. Le groupe visé par l'intervention à Verviers préparait des attaques contre des commissariats en Belgique et les mesures de sécurité ont été renforcées autour de ces locaux. Le niveau d'alerte a été relevé dans certaines régions du pays, a précisé Eric Van Der Sypt. Dans la journée, le parquet fédéral avait indiqué que les autorités belges tentaient de déterminer si un homme placé en garde à vue à Charleroi pour trafic d'armes était lié à Amedy Coulibaly, abattu vendredi dernier dans l'assaut d'un supermarché casher à Paris où il avait tué quatre personnes. DÉCISION DE JUSTICE REPOUSSÉE D'UN MOIS Sur son site internet, le journal La Meuse cite un officier de police s'exprimant sous couvert d'anonymat qui affirme: "nous avons évité un Charlie Hebdo belge". L'information n'a pas pu être vérifiée pour l'instant. Le Premier ministre belge Charles Michel a suivi les opérations, tout en relevant de deux à trois le niveau d'alerte nationale sur une échelle qui en compte quatre. "Nous n'avons pas connaissance de menaces spécifiques ou concrètes, toutefois, au vu de la situation nous considérons qu'il est utile de relever le niveau de prudence et de vigilance", a-t-il dit à Reuters. La Belgique compte le taux le plus élevé en Europe de personnes ayant quitté le pays pour aller combattre en Syrie. Les autorités belges estiment qu'une centaine de ces candidats au djihad sont revenus dans le pays, qu'une quarantaine d'entre eux ont été tués sur le terrain et que 170 environ seraient toujours en Syrie ou en Irak. Près d'un demi-million de musulmans, principalement originaires d'Afrique du Nord, vivent en Belgique. Le taux de chômage parmi les jeunes issus de l'immigration est élevé en particulier dans les localités comme Verviers durement touchée par la désindustrialisation dans le domaine du textile. La Belgique participe à la coalition sous commandement américain en lutte contre l'Etat islamique en Syrie et en Irak. Un tribunal d'Anvers doit rendre prochainement son jugement à l'encontre de 46 prévenus accusés d'avoir recruté des jeunes gens pour devenir djihadistes en Syrie. Le tribunal devait faire connaître son jugement cette semaine mais l'annonce en a été repoussée d'un mois après les événements meurtriers survenus à Paris la semaine passée. Voir aussi : * Le "désespoir" pousse les musulmans belges marginalisés en Syrie ID:nL6N0UV02K * Coulibaly-Les enquêteurs ouvrent des pistes espagnole et belge ID:nL6N0UU2XY (Alastair Macdonald; Danielle Rouquié et Pierre Serisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant