Belgique : cinq personnes sont euthanasiées chaque jour

le
0
Belgique : cinq personnes sont euthanasiées chaque jour
Belgique : cinq personnes sont euthanasiées chaque jour

En Belgique, où la loi sur l'euthanasie a été étendue aux mineurs en février, cinq personnes par jour optent pour cette mort aidée. Selon un projet de rapport révélé ce mercredi, 1 807 malades ont été euthanasiées en 2013. Soit 27% de plus par rapport aux 1 432 cas enregistrés en 2012. Un chiffre record qui devrait encore augmenter en 2014 après le vote au Parlement de la modification de la loi de 2002, qui permet à présent aux enfants atteints d'une maladie incurable et «en capacité de discernement» de choisir cette fin de vie.

Rapporté au nombre d'habitants (11.161.642 en 2013), les personnes euthanasiées l'an dernier ne représentent que 0,016 de la population. Mais rapporté au nombre global de décès, d'environ 100 000 chaque année en Belgique, cela fait près de 2% de la population qui meurt ainsi. Le nombre d'euthanasies déclarées est en hausse constante, passant de 24 en 2002 à près de 500 en 2007. Le seuil des 1 000 euthanasies a été franchi en 2011 (1 133 cas).

Autre information intéressante du rapport en cours de finalisation, les Belges francophones ont moins recours à l'euthanasie que les Belges néerlandophones (60% contre 80% pour les Flamands). Cela s'explique généralement par la proximité avec les Pays-Bas, premier pays au monde à avoir légalisé l'euthanasie.

Dans l'ensemble, les hommes sont légèrement plus nombreux que les femmes à opter pour le suicide assisté. Et dans 73% des cas, les personnes étaient atteintes d'un cancer. Les moins de 60 ans ne représentent que 15% des euthanasiés alors que les 70-90 ans représentent 53,5%.

Des cas qui ont fait du bruit

Dernièrement, la Belgique s'est émue du cas de deux frères de 45 ans qui ont choisi de mourir ensemble parce qu'ils perdaient la vue. Les deux hommes étaient déjà sourds et comme la loi le permet, ils ont fait valoir une «souffrance psychologique insoutenable». Ni l'un ni l'autre ne souffrait d'une maladie en phase terminale mais ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant