Belfast : cinquième nuit de violence, un photographe français agressé

le
0
Belfast : cinquième nuit de violence, un photographe français agressé
Belfast : cinquième nuit de violence, un photographe français agressé

Des centaines de protestants loyalistes ont manifesté à Belfast et provoqué des heurts avec la police pour la cinquième nuit consécutive malgré les appels au calme du Premier ministre d'Irlande du Nord, Peter Robinson. Des policiers ont été la cible de cocktails Molotov, quatre voitures ont été volées et incendiées et un photographe de presse français a été agressé mardi, a annoncé la police d'Irlande du Nord (PSNI).

Le photographe, dont la police n'a divulgué ni l'identité ni le média pour lequel il collabore, s'est fait voler son appareil au cours de cette attaque. «Il est très important que cette violence s'arrête», a déclaré dimanche Peter Robinson. «La seule manière de manifester qui se justifie est une manifestation légale et paisible», a-t-il ajouté.

Vendredi. Les violences ont commencé vendredi à Belfast lorsque la foule a attaqué les forces de police avec des cocktails Molotov, des pétards, des moellons et même une épée, blessant 32 policiers et un député, touché à la tête par un jet de brique. La police a riposté avec des balles en plastique. La situation s'était enflammée lorsque la police a mis en place un barrage pour empêcher les protestants de traverser le quartier catholique d'Ardoyne, dans le nord de la ville, conformément à une décision des autorités par crainte de débordements.

Samedi. Dans la nuit de samedi à dimanche, sept policiers ont été blessés, mais non hospitalisés.

Mardi. Un véhicule de police a été visé par deux cocktails Molotov et plusieurs autres projectiles, sans faire de blessés alors que la foule s'est massée sur Lower Newtownards Road.

Un millier de policiers venus d'Angleterre et du Pays de Galles ont été envoyés en renfort à Belfast alors que des marches protestantes sont organisées traditionnellement d'avril à août en Irlande du Nord. Elles culminent avec la parade du 12 juillet, qui marque la victoire en 1690 du roi protestant Guillaume III ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant