Bedouet : "Gourcuff doit mieux accepter son côté star"

le
0
Bedouet : "Gourcuff doit mieux accepter son côté star"
Bedouet : "Gourcuff doit mieux accepter son côté star"

Éric Bedouet, le préparateur physique de Bordeaux et des Bleus, s'est occupé de Yoann Gourcuff durant deux saisons, aux Girondins. Autant dire que l'homme est bien placé pour parler du corps capricieux du milieu lyonnais. Sur le sujet, il est même intarissable. Et plein d'amour.

Quand vous avez vu débarquer Yoann Gourcuff à Bordeaux, à l'été 2008, vous êtes-vous tout de suite rendu compte que vous étiez face à un joueur "différent" ? Quand il est arrivé à Bordeaux, il sortait d'une saison quasiment blanche à Milan. Je m'attendais donc à un joueur embêté physiquement, qui allait subir une préparation plus longue et plus compliquée. Et bien pas du tout ! Il a appliqué exactement ce qu'on lui demandait de faire. Il s'est trouvé qu'au fil des matchs, on s'est aperçu - on avait une équipe très intelligente - qu'avec Yoann, on pouvait réaliser quelque chose d'autre que simplement un bon classement en championnat. Tous les joueurs se sont rendu compte qu'il fallait absolument l'aider, l'encourager. Cela s'est fait naturellement. Ils se sont rendu compte qu'il y avait un super joueur dans le groupe, et qu'en faisant des tâches que lui n'aimait pas, on allait obtenir des résultats meilleurs que ce qu'on espérait, et c'est ce qu'il s'est passé. Je crois que c'est ça : le groupe s'est aperçu qu'on avait à faire à quelqu'un de hors normes. Au niveau technique et au niveau physique. Physiquement, pour moi, c'était un monstre. Il était extrêmement pointilleux, il voulait connaître le déroulement des choses, savoir pourquoi on faisait tel exercice. Il fallait constamment être à son écoute, et lui expliquer. On a fait des tests particuliers, justement pour lui expliquer, et là, on s'est rendu compte qu'il avait un potentiel physique énorme. Énorme. Et puis, avec Laurent Blanc et Jean-Louis Gasset, il fallait qu'il fasse exactement ce qu'on lui disait de faire. Parce que c'est quelqu'un qui a tendance à faire plus. Et c'est ce qu'il s'est passé lors de sa deuxième saison chez nous. Comme cela a très bien marché lors de la première, il s'est dit qu'en ajoutant 10 à 15% de travail en plus, il allait obtenir 10-15% de résultats supplémentaires. Mais non ! Ce n'est pas comme cela que ça se passe, la préparation physique. Donc voilà, c'est un type intelligent, dont on ne garde que des bons souvenirs. Il n'y a qu'à voir ses analyses de matchs. Quand il termine le match, il livre quasiment une analyse d'entraîneur, il a du recul. Cela peut être énervant pour certains, mais c'est extrêmement agréable quand on a de bons rapports avec lui.
Ces 10 ou 15% de travail en plus qu'il s'est infligé lors de sa seconde saison bordelaise peuvent-ils...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant