Bébés volés en Argentine : la leader des Grands-Mères de la place de Mai retrouve son petit-fils

le
0
Je veux le toucher, je veux le voir en face, voir si c'est comme je l'ai rêvé, a déclaré Estela de Carlotto qui a retrouvé son petit-fils enlevé sous la dictature militaire.
Je veux le toucher, je veux le voir en face, voir si c'est comme je l'ai rêvé, a déclaré Estela de Carlotto qui a retrouvé son petit-fils enlevé sous la dictature militaire.

Sous sa tignasse blanche et ses rides creusées par des années de lutte, elle a les larmes aux yeux et la voix cassée par l'émotion. Mais elle arbore un immense sourire. À 83 ans, Estela de Carlotto, la leader des célèbres Grands-Mères de la place de Mai qui osaient défier les militaires, n'en revient toujours pas. Mardi, elle a retrouvé Guido, son petit-fils disparu en pleine dictature argentine (1976-1983). La fille d'Estela, Laura, une militante de l'organisation péroniste Montoneros, avait mis au monde Guido en 1978 dans une geôle de la junte militaire avant d'être torturée et exécutée d'une balle dans la tête par ses bourreaux. Mais son fils Guido, lui, a survécu.Comme il avait des doutes sur sa vraie identité, il s'est rapproché de l'association des Grands-Mères de la place de Mai. Puis il a fait un test ADN en toute discrétion. Guido et Estela ont été avertis ensuite de leur lien de parenté : il y a 99,9 % de probabilité. "La présidente argentine Cristina Kirchner m'a téléphoné et nous avons pleuré ensemble", souffle Estela. Impatiente, elle imagine déjà les retrouvailles. Ou plutôt la première rencontre. "Je veux le toucher, je veux le voir en face, voir si c'est comme je l'ai rêvé. Merci à tous, merci à Dieu, merci la vie, car je ne voulais pas mourir sans l'embrasser et je sais que je vais bientôt pouvoir l'embrasser", ajoute la plus connue des grands-mères de la place de Mai."C'est une victoire de tous les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant