Bébé palestinien brûlé vif : Israël lance des raids contre des colons extrémistes

le
0
Bébé palestinien brûlé vif : Israël lance des raids contre des colons extrémistes
Bébé palestinien brûlé vif : Israël lance des raids contre des colons extrémistes

Israël a durci le ton ce dimanche. L'état israélien a poursuivi son action contre les extrémistes juifs en lançant des raids dans des colonies et en plaçant des figures de l'activisme anti-palestinien en détention sans inculpation, après la mort d'un bébé et de son père dans l'incendie de leur maison. Sous le feu des critiques d'une partie de l'opposition et de l'étranger qui l'accusent d'accorder une «impunité» aux auteurs d'attaques anti-palestiniennes, le gouvernement de Benjamin Netanyahu a multiplié depuis l'incendie criminel du 31 juillet en Cisjordanie occupée condamnations, appels à la fermeté et arrestations.

Pour la première fois depuis l'attaque, une unité spéciale de la police israélienne chargée de la lutte contre les crimes racistes, a mené des raids dans des colonies de Cisjordanie, y "arrêtant plusieurs suspects dans le cadre de l'enquête sur les événements de Douma". La police n'a pas précisé le nombre de ces arrestations.

C'est dans le village palestinien de Douma, entouré de colonies dans le nord de la Cisjordanie, que la maison de la famille Dawabcheh a été incendiée brûlant vif le bébé palestinien Ali, âgé de 18 mois, une attaque attribuée par les Palestiniens à des colons.

C'est la première fois que les autorités lient directement des arrestations à l'incendie de Douma. En arrêtant en début de semaine trois extrémistes juifs, elles avaient seulement indiqué qu'ils étaient impliqués dans des «attaques terroristes», un qualificatif rarement utilisé par Israël dans le cas d'attaques contre des Palestiniens.

Ces trois extrémistes sont désormais tous placés en détention administrative, une mesure exceptionnelle qui permet la détention d'un suspect sans inculpation et pour une durée de six mois renouvelable.

«Les catholiques en danger»

«Meïr Ettinger et Eviatar Slonim ont été placés en détention administrative», une mesure réservée d'habitude aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant