Bébé dans le coma : le Conseil d'Etat ordonne la poursuite des soins de Marwa à Marseille

le
0

Le Conseil d'Etat a ordonné mercredi la poursuite des traitements de Marwa, un bébé lourdement handicapé hospitalisé à Marseille, estimant que cela ne relevait pas d'une «obstination déraisonnable», ce qui est la condition posée par la loi à un arrêt des soins. L'Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) demandait au Conseil d'Etat de confirmer sa décision du 4 novembre 2016 de «mettre fin aux thérapeutiques actives» et à la «ventilation» de la petite fille.

 

Mais la plus haute juridiction administrative, statuant en urgence, a estimé qu'il n'y avait «à ce stade pas de certitude sur (l')état de conscience et (l')évolution à venir» de l'enfant, et il a tenu compte également de «l'opposition déterminée des parents» à l'arrêt des soins de la petite fille de quinze mois, a dit sa porte-parole Suzanne von Coester. La décision du Conseil d'Etat est définitive. Aucun recours contre elle n'est possible.

La famille «se réjouit»

La famille de Marwa «se réjouit» de la décision du Conseil d'Etat, a fait savoir son avocate. «Le Conseil relève l'importance toute particulière de l'avis des parents, qui se sont toujours opposés tous les deux à l'arrêt des traitements», indique Me Samia Maktouf dans un communiqué.

 

Cette décision intervient presque un mois jour pour jour après celle prise par le tribunal administratif de Marseille, qui préconisait déjà la poursuite des traitements, contrairement aux recommandations du corps médical. A l'époque, le tribunal administratif avait jugé «prématurée» toute décision d'arrêt des soins, «car prise au terme d'un délai qui n'était pas suffisamment long pour évaluer, de manière certaine, l'inefficacité des thérapeutiques en cours et la consolidation de l'état de santé de l'enfant».

 

A LIRE. Marseille : il refuse qu'on débranche son enfant

 

Victime d'un virus foudroyant responsable de sévères troubles neurologiques et de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant