Bébé brûlé vif en Cisjordanie : un second extrémiste juif israélien arrêté

le , mis à jour le
0
Bébé brûlé vif en Cisjordanie : un second extrémiste juif israélien arrêté
Bébé brûlé vif en Cisjordanie : un second extrémiste juif israélien arrêté

Après l'arrestation par le services de sécurité israéliens, lundi, de Meïr Ettinger, un chef de file juif extrémiste, dans le cadre de l'enquête sur l'incendie volontaire de vendredi, qui a coûté la vie à un bébé en Cisjordanie, un deuxième israélien, Eviatar Slonim, a été arrêté mardi pour appartenance à une organisation extrémiste.

Selon la radio militaire, cet homme était interdit par les autorités israéliennes d'entrer en Cisjordanie et à Jérusalem en raison de ses activités extrémistes, comme Meïr Ettinger. La deuxième chaîne de télévision israélienne a par ailleurs indiqué que le bureau du procureur général Yéhuda Weinstein avait donné mardi son feu vert au placement en détention administrative de trois extrémistes juifs, une mesure radicale qui n'était jusqu'à présent appliquée qu'aux Palestiniens. Elle peut désormais être appliquée à des juifs si les preuves accumulées contre les suspects ne sont pas suffisantes pour une procédure judiciaire normale ou s'ils refusent de parler durant les interrogatoires.

Quant à Meïr Ettinger, petit-fils de Meïr Kahane, un rabbin fondateur du mouvement raciste anti-arabe Kach assassiné en 1990 à New York, sa garde à vue a été prolongée mardi. «Meïr Ettinger a été arrêté à Safed (dans le nord d'Israël) en raison de ses activités au sein d'une organisation juive extrémiste», a indiqué un porte-parole du Shin Beth, le service de sécurité intérieure. Selon Haaretz, Meit Ettinger figurait en tête de la liste des extrémistes juifs suspectés de terrorisme. 

MT @RoySharon10 Among "price taggers" beaten in Qusra today was far-rightist Meir Ettinger, grandson of Meir Kahane. pic.twitter.com/zwfrFmuusz— Dan Williams (@DanWilliams) 7 Janvier 2014

Meïr Ettinger, à gauche sur la photo

Âgé de 24 ans, Meïr Ettinger a été arrêté «pour des crimes nationalistes», a affirmé une porte-parole de la police sans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant