Bébé brûlé vif en Cisjordanie : la tension monte, deux Palestiniens tués

le , mis à jour à 00:50
0
Bébé brûlé vif en Cisjordanie : la tension monte, deux Palestiniens tués
Bébé brûlé vif en Cisjordanie : la tension monte, deux Palestiniens tués

La tension monte dans les territoires occupés. Des milliers de Palestiniens ont manifesté vendredi en Cisjordanie occupée et à Gaza pour protester contre la mort d'un bébé brûlé vif dans l'incendie de sa maison par des colons juifs. Malgré les condamnations unanimes des dirigeants israéliens, qui ont qualifié cet incendie volontaire d'«acte de terrorisme», certaines protestations ont dégénéré en heurts avec les forces israéliennes.

Un jeune Palestinien de 17 ans, Mohammed al-Masri, a été tué par un tir israélien à la frontière de Gaza. Un autre jeune Palestinien, Laith Khaldi, du camp de refugiés de Jalazon, est également mort ce samedi matin. Atteint à la poitrine lors d'affrontements près du point de contrôle d'Ataran, il est décédé plusieurs heures après à l'hôpital.

Dans le village de Douma, près de Naplouse dans le nord de la Cisjordanie, où le bébé Ali Dawabcheh, un an et demi, est mort, des milliers de personnes ont participé à ses funérailles, parmi lesquelles le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah.

VIDEO. Gaza : manifestations après la mort d’un bébé palestinien

A Hébron, la grande ville du sud de la Cisjordanie où les tensions avec les colons sont les plus vives, des centaines de Palestiniens ont manifesté. Les protestations ont là aussi dégénéré, des manifestants jetant des pierres sur les soldats israéliens qui répliquaient avec des tirs de grenades lacrymogènes et assourdissantes, blessant un manifestant.

Dans la Vieille ville de Jérusalem, des centaines de Palestiniens se sont rassemblés à l'issue de la prière hebdomadaire sur l'Esplanade des mosquées, en appelant à la «vengeance». De brèves échauffourées ont eu lieu mais le calme est rapidement revenu. La police a toutefois annoncé avoir renforcé son niveau d'alerte après avoir interdit l'entrée du lieu saint aux hommes palestiniens de moins de 50 ans. Dans le quartier d'Essaouiya à Jérusalem-Est, la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant