Beauvau : la demi-victoire de Hollande

le
0
Beauvau : la demi-victoire de Hollande
Beauvau : la demi-victoire de Hollande

Et le  « premier flic de France » est... Bernard Cazeneuve. C'est donc celui que ses collègues du gouvernement ont surnommé la Tombe, pour sa capacité à maîtriser ses nerfs en toute situation et à ne pas faire de vagues, qui s'est assis hier dans le fauteuil de ministre de l'Intérieur. Une solution de compromis à laquelle François Hollande a dû se plier.

Car l'ex-ministre des Affaires européennes passé ensuite par le Budget à Bercy, n'était pas le choix initial du président de la République. Compagnon de route de François Hollande, François Rebsamen en rêvait. Mais voici : malgré le discret soutien du chef de l'Etat, le maire de Dijon n'a pas surmonté l'obstacle Manuel Valls, qui ne voulait pas de lui comme successeur à Beauvau. Le nouveau Premier ministre avait son propre candidat avec le député du Finistère Jean-Jacques Urvoas. Réunis mardi soir, une dizaine de « Hollandais » se sont d'ailleurs émus à l'heure de l'apéro de la situation faite à Rebsamen, l'un des leurs.

Cazeneuve, le compromis

En résistant à la volonté présidentielle, Valls créerait « une tension » et, d'après un des participants, « commencerait une cohabitation » avec le président. Le blocage ne pouvait donc pas perdurer sauf à laisser s'installer l'idée d'un bras de fer au sommet de l'Etat. « François Hollande et Manuel Valls étaient dans un tête-à-tête dont il fallait absolument sortir », reconnaît un socialiste fin connaisseur des arcanes de la place Beauvau. Comment ? En allant chercher un « troisième homme » quasi inconnu dans les milieux policiers. « Bernard Cazeneuve, c'est le plus petit dénominateur commun », glisse un conseiller parlementaire qui l'a bien connu à l'Assemblée nationale. Le chef de l'Etat pourra compter sur la loyauté du nouveau ministre même si, au final, relève un député, « François Hollande n'aura pas réussi à imposer son choix initial ». « C'est quand même ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant