Beausejour, orgueil mapuche

le
0
Beausejour, orgueil mapuche
Beausejour, orgueil mapuche

Son nom est une invitation au voyage mais son niveau est souvent mis en cause au Chili. Pour ses détracteurs, Bose fait partie de la sélection uniquement en raison, de son amitié avec Vidal et Valdivia. Pourtant el negro Jean est un joueur important pour Sampaoli comme il le fût pour Bielsa. Portrait d'un leader de vestiaire, un équipier modèle et surtout un homme aux convictions rafraichissantes.

En France, on appellerait cela une Dugarry. A l'image du désormais commentateur de Canal+, supposément appelé en équipe de France en 98 en raison de sa proximité avec Zidane et Lizarazu, il se dit à Santiago que Jean Beausejour est à chaque fois sélectionné à cause de son amitié avec Valdivia et Vidal. Avant chaque compétition, on le dit usé, maladroit, pas au niveau et les réseaux sociaux pestent contre sa sélection. Pourtant, quand vient l'heure pour Sampaoli de composer les feuilles de match, l'homme qui laboure le flanc gauche de Colo-Colo n'est jamais loin. Et il déçoit rarement. Car si il est parfois maladroit, Beausejour présente un profil intéressant pour Sampaoli. Il est polyvalent, peut jouer aussi bien arrière gauche qu'aillier, rapide et puissant physiquement, une caractéristique rare en sélection chilienne. Constant, l'ancien joueur de Wigan est aussi un joueur intelligent tactiquement, une qualité qu'il doit à Bielsa, à propos duquel il ne tarit pas d'éloges : "Pour moi et pas mal de coéquipiers, Bielsa a changé ma manière de voir le foot, il nous a ouvert l'esprit. C'est comme la matrice. Peut-etre que je joue aussi mal qu'avant mais si je fais un mauvais match maintenant, je le fais en ayant conscience des choses que je fais mal. Bielsa t'ouvre une autre dimension du football, une nouvelle vision. Etre avec le Loco, ce n'est pas juste du foot, c'est croire en une idée de manière excessive".

Bourrés à l'aube


Mais surtout, son entente avec Valdivia fait des merveilles. Il faut dire que les deux hommes se connaissent parfaitement. Respectivement prêtés par Colo-Colo et la Cato, ils se font les dents ensemble du coté de Concepcion en 2003 et bossent leur complémentarité. Une association juteuse déjà perçue par Bielsa, qui associait systématiquement les deux hommes. Pas étonnant, donc, si le Mago recherche constamment le "Negro " lors des attaques chiliennes. Pas étonnant non plus qu'en 2012, les deux hommes rentrent ensemble saouls à l'aube, après le baptême de la fille de Valdivia (avec Jara et, déjà, Vidal) dans ce qui fût le dernier scandale en date chez la Roja, avant l'affaire Vidal.

Il faut dire que le foot, pour Jean, c'est d'abord une affaire de potes. Jeune, alors qu'il s'enquille deux heures de bus chaque matin pour aller de son modeste quartier d'Estacion Central au stade de la Catolica dans le barrio alto, l'homme refuse la…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant