Beaucoup plus à perdre qu'à gagner contre Manchester City

le
0
Beaucoup plus à perdre qu'à gagner contre Manchester City
Beaucoup plus à perdre qu'à gagner contre Manchester City

Pour une fois, le PSG a été bien servi en quart de finale de la Ligue des Champions. Les Parisiens affronteront Manchester City mercredi lors de la manche aller au Parc des Princes. Clairement favoris, les hommes de Laurent Blanc ont cependant plus à perdre qu'à gagner dans cette rencontre.

La pression des grands rendez-vous. Paris avait presque oublié ce frisson. Mercredi, c’est le palpitant bien accroché que les supporters parisiens vont observer avec délice et anxiété la performance de leur équipe. Au-dessus du lot en championnat, rarement mis en danger en Ligue des Champions, le club de la Capitale est attendu au tournant. L’année dernière, c’est sans pression que les hommes de Laurent Blanc avaient abordé le quart de finale de C1 face au tout puissant FC Barcelone. Cette fois, tout est différent. En France, le PSG a encore changé de statut, passant de dominateur à maître absolu. Et contrairement à la saison dernière à ce stade de la compétition, c’est en favoris que se présenteront les coéquipiers de Zlatan Ibrahimovic face à Manchester City.

Maxwell : « Avec vous, on a toujours la pression »

Déjà au-dessus au moment du tirage au sort, les Parisiens ont vu leurs chances s’agrandir un peu plus à mesure que la liste des blessés mancuniens s’est allongée. Joe Hart, Raheem Sterling et Vincent Kompany ne seront pas du voyage à Paris tandis que Yaya Touré est lui très incertain. Dans ces conditions, le PSG semble ne pas avoir le droit à l’erreur. Jamais un retour dans le dernier carré de la plus prestigieuse des compétitions européennes n’a semblé aussi proche. Avec forcément la pression qui va avec. « Avec la saison que nous sommes en train de faire, on arrive confiant mais cela ne change rien au match. C’est du 50/50 entre les deux équipes, confiait Maxwell après la victoire contre Nice samedi (4-1). La pression est toujours présente pour une équipe comme nous. Avec vous, on a toujours de la pression. On est habitué mais ça ne change rien. »

Blanc : « Là, on rentre dans la cour des grands »

Comme pour enlever un peu de cette pression qui pèse sur son groupe, Laurent Blanc a présenté Manchester City en adversaire redoutable. « On a tout à craindre de City ! Ils ont des grands joueurs. Là, on rentre dans la cour des grands, a déclaré le coach parisien sur France Bleu la semaine dernière. On se frotte à des clubs qui ont la même puissance financière que nous. C’est la crème des crèmes. Ils ont des joueurs capables de gagner un match à tout moment. Moi, ce qui me fait plaisir, c’est leur philosophie. Ils veulent jouer. Nous aussi. On risque de voir un très beau match ! Quoi qu’il arrive, la qualification ne se jouera pas au Parc des Princes », estime Laurent Blanc.

Rabiot a montré qu’il supportait la pression

Privé de Marco Verratti et sans doute de Javier Pastore pour le match aller, le PSG devrait une fois de plus se reposer sur Adrien Rabiot dans l’entrejeu. Du haut de ses 21 ans, le natif du Val-de-Marne a changé de dimension lui aussi ces derniers mois. De jeune remplaçant immature, le milieu de terrain formé au club est devenu un joueur aguerri à qui Laurent Blanc fait confiance dans les grands-rendez-vous, comme à Chelsea il y a trois semaines. « Depuis qu’il est entré dans l’équipe parce que Marco s’est blessé, il le fait bien, estime Thiago Motta, interrogé en zone mixte samedi. Je pense qu’Adrien sait ce qu’il est capable de faire. C’est à lui de comprendre ce dont l’équipe a besoin mais aussi à nous de l’aider pour élever son niveau. Les matchs qu’il a joués jusqu’à aujourd’hui, il a compris. Il l’a bien fait. C’est un joueur différent de Marco. Un joueur plus physique qui peut marquer des buts. On perd un peu en l’absence de Marco mais on gagne autre chose avec Adrien », a confié l’Italien au sujet de son jeune coéquipier.

Cette fois, une élimination serait vécue comme un échec

Lui aussi moins en vue ces dernières semaines, Thiago Motta sera scruté de près contre Manchester City. Comme tous les Parisiens, attendus au tournant comme jamais depuis un an. Pour la première fois de l’ère QSI, une non-qualification pour les demi-finales serait vécue comme un échec. D’autant que face aux Citizens, le club de la Capitale a l’occasion d’endosser le statut de « nouveau riche » le plus puissant. Un ascendant que le PSG aurait tort de laisser filer. Car pour « rêver plus grand », ce statut pourrait lui procurer bien des avantages dans un avenir proche. Une pression de plus à assumer.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant