" Beaucoup de Lyonnais disent une Gone, au lieu de dire une Fenotte "

le
0
" Beaucoup de Lyonnais disent une Gone, au lieu de dire une Fenotte "
" Beaucoup de Lyonnais disent une Gone, au lieu de dire une Fenotte "

Créé cet été, le Kop Fenottes 69 se donne pour mission de soutenir l'équipe féminine de l'Olympique lyonnais comme le font les Bad Gones avec l'équipe des garçons. Sylvain Vauthier, président, et Rémy Goutard, trésorier, livrent leurs impressions sur le supportariat dans le monde du football féminin.

Comment est née l'idée d'un kop pour soutenir l'équipe féminine de l'OL ? Sylvain : Elle est née de discussions qu'on a eues à plusieurs reprises lors de la dernière intersaison. On est plusieurs à suivre beaucoup la CFA et la DH féminine. Voilà, la CFA, c'est le nid des futurs champions. En plus, tout le bureau est au virage nord, chez les Bad Gones. Beaucoup n'étaient pas satisfaits de l'autre association de supporters, OL Ang'Elles. Un moment, on a donc décidé de se lancer et de créer un kop qui s'inspirerait de ce qui se fait chez les Bad Gones. Convivial et festif, un vrai kop quoi. On s'est lancés et voilà, on existe maitenant.
Qu'est ce qu'une Fenotte ? Sylvain : Une Fenotte, c'est l'équivalent d'un Gone. Un gone, c'est un garçon lyonnais. C'est l'équivalent du titi parisien ou du poulbot ou même du minot marseillais. Le gone, c'est le jeune lyonnais et les fenottes, ce sont les jeunes lyonnaises. C'est un terme repris très souvent dans la presse pour désigner l'OL féminine.
Rémy : Mais beaucoup de personnes ne savent pas ce que ça veut dire. Et même beaucoup de Lyonnais qui ne connaissent pas ce mot disent une Gone, au lieu de dire une Fenotte.
Et l'objectif premier de ce nouveau kop, qu'est-ce que c'est ? Sylvain : Le premier, bien entendu, c'est de soutenir les filles. Le second, c'est la promotion de l'OL et du football féminin dans son ensemble. Voilà, c'est marqué dans nos statuts. Le Mondial arrive dans moins de quatre ans, la finale aura lieu à Décines, donc on a besoin de soutien médiatique et populaire.
S'agit-il d'une initiative isolée, ou êtes-vous suivis par d'autres associations en France ? Rémy : À Montpellier, ils viennent aussi de créer un kop pour soutenir l'équipe des filles. Le Kop Clapas 34, je crois.
Sylvain : Il y a aussi les Amazones vertes à Saint-Étienne. Il y en avait à Paris, mais ils sont actuellement en sommeil. Juvisy avait aussi une association, mais ils sont un peu moins actifs en ce moment. Nous, il faut dire qu'on a le soutien d'un gros groupe de supporters, les Hexagones, qui soutiennent aussi bien les garçons que les filles. Ce sont des supporters qui viennent de toute la France et qui se réunissent…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant