BCE-Principaux extraits de la conférence de presse de Draghi

le , mis à jour à 15:39
0

FRANCFORT, 3 septembre (Reuters) - Voici les principaux extraits de la conférence de presse donnée jeudi par le gouverneur de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi après que l'institut d'émission eut, comme prévu, maintenu ses taux directeurs inchangés. ID:nL5N1191Y2 PAS D'APPEL À UNE EXPANSION DU PROGRAMME "Il n'y a eu aucune discussion sur des changements dans la taille ou le rythme du programme" d'achats d'actifs. DÉCISION SUR UNE EXPANSION DU PROGRAMME "Nous devrons voir si ces effets (des récentes turbulences économiques) sont transitoires ou permanents, s'ils détériorent nos perspectives à moyen terme ou s'il s'agit juste d'un effet transitoire. Et alors nous déciderons s'il faut faire plus ou pas." LE PROGRAMME D'ACHATS POURRAIT ALLER AU-DELÀ DE SEPTEMBRE 2016 "Nous mettrons pleinement en oeuvre notre programme d'achats de 60 milliards d'euros (par mois). Ces achats ont un impact bénéfique sur le coût et la disponibilité du crédit pour les entreprises et les ménages. Il est prévu qu'ils durent jusqu'en septembre 2016, ou au-delà si nécessaire, et dans tous les cas, jusqu'à ce que nous constations un ajustement durable de la trajectoire d'inflation cohérent avec notre objectif d'atteindre des taux d'inflation inférieurs à, mais proches de 2% à moyen terme." INFLATION NÉGATIVE "Nous pourrions voir des chiffres d'inflation négatifs dans les mois à venir. S'agit-il de déflation ? Le conseil des gouverneurs tend à penser qu'il s'agit d'effets transitoires principalement dus aux effets des prix du pétrole. Cependant, comme je l'ai déjà dit, nous surveillerons de près toutes les nouvelles informations. Et le conseil des gouverneurs voulait souligner, dans la discussion que nous avons eue aujourd'hui, sa volonté à agir, sa disponibilité à agir et sa capacité à agir." RISQUES SUR LES PRÉVISIONS APRES LES ÉVÉNEMENTS RÉCENTS "Les risques baissiers ont augmenté et les défis auxquels sont confrontées les économies émergentes ne vont vraisemblablement pas s'inverser rapidement. Laissez-moi ajouter que ces prévisions ont été arrêtées au 12 août. Donc les événements qui sont intervenus depuis constituent un risque baissier pour les prévisions elles-mêmes. "De plus, les conditions financières, en particulier au cours des deux dernières semaines et même avant, se sont resserrées. En conséquence, des cours des matières premières plus bas, un euro plus fort, une croissance un peu plus faible, ont augmenté les risques concernant une trajectoire pérenne d'inflation vers 2%." RALENTISSEMENT DE LA HAUSSE DE L'INFLATION "L'information disponible montre une reprise économique qui se poursuit bien qu'un peu plus faible et une augmentation plus lente de l'inflation comparées aux anticipations antérieures. Plus récemment, de nouveaux risques baissiers entourant les perspectives de croissance et d'inflation sont apparus. "Cependant, en raison des brusques fluctuations des marchés financiers et de matières premières, le conseil des gouverneurs a jugé qu'il était prématuré de décider si ces développements pourraient avoir un impact durable sur les perspectives de prix et la réalisation d'une trajectoire pérenne d'inflation vers notre objectif à moyen terme, ou s'ils doivent être considérés comme principalement transitoires." LA CROISSANCE ATTÉNUÉE "La croissance économique au sein de la zone euro va vraisemblablement continuer d'être atténuée par les nécessaires ajustements des bilans dans un certain nombre de secteurs et par la lenteur du rythme de mise en oeuvre des réformes structurelles." PROGRAMME D'ACHAT D'ACTIFS "Notre programme d'achats d'actifs se déroule de manière satisfaisante." PAS DE LIMITE À LA POLITIQUE MONÉTAIRE "Il n'y a pas de limites particulières aux possibilités qu'a la BCE de passer à une vitesse supérieure en matière de politique monétaire. Et dans un certain sens, la décision que nous avons prise aujourd'hui en changeant l'un des paramètres pour assurer une mise en oeuvre satisfaisante et complète du programme (d'achats d'actifs) en est exactement le signal." MESURES NON-CONVENTIONNELLES "En ce qui concerne les mesures de politique monétaire non-conventionnelles, après la revue annoncée de la limite d'achat d'une émission dans le cadre des programmes d'achats de titres du secteur public après les six premiers mois d'achats, le conseil des gouverneurs a décidé d'augmenter la part d'une émission (susceptible d'être achetée) de 25% initialement à 33%, après vérification au cas par cas que cela ne créerait pas une situation dans laquelle l'Eurosystème détiendrait une minorité de blocage, auquel cas, la limite serait maintenue à 25%." (Marc Joanny pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux