BCE-Principaux extraits de la conférence de presse de Draghi

le
0

NAPLES, Italie, 2 octobre (Reuters) - Voici les principaux extraits de la conférence de presse donnée jeudi à Naples par le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, après la décision de la BCE de laisser ses taux directeurs inchangés. Le taux de refinancement reste fixé à 0,05%, le taux de prêt marginal à 0,30% et celui de la facilité de dépôt à -0,20%. ID:nL6N0RX2SF TAILLE DU BILAN DE LA BCE "Je comprends votre souhait d'avoir des chiffres précis sur tous les sujets. Cela rend sans doute la vie plus facile. Mais je dois dire que je ne voudrais pas accorder trop d'importance à la taille du bilan en soi. C'est très important mais ce n'est qu'un instrument. "Le seul et ultime mandat auquel nous devons nous conformer, c'est de ramener l'inflation à un niveau qui soit proche de mais inférieur à 2%. C'est le critère ultime au regard duquel nous apprécierons le succès des mesures actuelles et de toute autre mesure que nous pourrions prendre à l'avenir." IMPACT DES PROGRAMMES DE RACHAT d'ABS/OBLIGATIONS SÉCURISÉES "Avec la série d'opérations de refinancement ciblées à long terme, aussi appelées TLTRO, qui seront conduites jusqu'en juin 2016, les achats (d'ABS et d'obligations sécurisées) auront un impact notable sur notre bilan." ACHATS D'ABS "Nous voulons être aussi inclusif que possible, mais avec prudence. En conséquence, nous avons décidé d'inclure des pays dont la notation est inférieure à BBB-, comme la Grèce et Chypre, en appliquant une certaine dérogation, avec deux réserves. "La première est qu'il y ait une série de mesures qui atténuent le risque pour les achats spécifiques qui interviendront dans ces pays, de sorte que les actifs qui y seront achetés présenteront un risque équivalent aux actifs achetés ailleurs (...) Et ensuite, il y a une seconde réserve que je qualifierais de réserve de prudence, qui est qu'en principe les pays doivent être sous programme avec l'Union européenne." ABS GRECS "La Grèce doit être sous programme (pour que la BCE achète des ABS grecs). Pas de programme, pas d'achats." TLTRO "Les TLTRO sont exactement conçues pour faire en sorte que les banques prêtent ce qu'elles empruntent auprès de la BCE. Si elles ne prêtent pas, elle devront tout rembourser." TAUX DE CHANGE "(Le taux de change n'est) pas un objectif de la politique monétaire (...) il est, cependant, important pour la stabilité des prix et il est important pour la croissance." UTILISATION D'INSTRUMENTS NON CONVENTIONNELS "Au fur et à mesure que toutes nos mesures se diffuseront dans l'économie, elles contribueront à un retour des taux d'inflation à des niveaux plus proches de notre objectif. "Si cela devait s'avérer nécessaire pour traiter les risques d'une période trop prolongée de faible inflation, le Conseil dds gouverneurs est unanime dans son engagement à utiliser des instruments non conventuinnels supplémentaires, dans le cadre de son mandat." FREINS À LA REPRISE "Il est vraisemblable que la reprise va continuer d'être ralentie par le niveau élevé du chômage, l'ampleur des capacités de production inutilisées, la poursuite de la contraction du crédit bancaire au secteur privé et les nécessaires ajustements des bilans des secteurs public et privé." SURVEILLANCE ÉTROITE DES RISQUES SUR LES PRIX "L'inflation harmonisée (IPCH) en rythme annuel devrait rester à de bas niveaux dans les mois à venir avant d'augmenter graduellement en 2015 et 2016. Le conseil des gouverneurs continuera de surveiller étroitement les risques sur les perspectives des évolutions des prix sur le moyen terme." POLITIQUE BUDGÉTAIRE "En ce qui concerne les politiques budgétaires, les pays de la zone euro ne devraient pas renoncer aux progrès déjà réalisés et devraient se conformer aux règles du Pacte de stabilité et de croissance. Cela devrait transparaître dans les projets de budget pour 2015 que les gouvernements vont maintenant présenter." REPRISE MODÉRÉE "La perspective d'une reprise modérée dans la zone euro demeure en place. Mais les principaux facteurs et hypothèses fondant cette évaluation doivent être surveillés de près." RISQUES BAISSIERS POUR L'ÉCONOMIE "Les risques entourant les perspectives de l'économie de la zone euro demeurent orientés à la baisse. En particulier, le récent affaiblissement de la trajectoire de croissance dans la zone euro, couplé à des risques géopolitiques accrus, pourrait réduire la confiance et, en particulier, l'investissement privé." ORIENTATION ACCOMMODANTE "Nos achats d'actifs devraient assouplir l'orientation de la politique monétaire plus largement. Ils devraient aussi conforter notre communication avancée sur les principaux taux d'intérêt de la BCE et renforcer le fait qu'il y a des différences significatives et croissantes dans le cycle de politique monétaire entre les principales économies avancées." (Marc Joanny pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant