BCE-Pas de nouvelle baisse de taux attendue par les marchés

le
1
    par Dhara Ranasinghe 
    LONDRES, 26 octobre (Reuters) - Les investisseurs 
n'anticipent plus que la Banque centrale européenne (BCE) puisse 
à nouveau baisser ses taux directeurs avec l'amélioration  de la 
conjoncture au sein de la zone euro et la réticence manifestée 
par ses responsables monétaires à pousser plus avant les taux en 
territoire négatif.  
    La BCE est consciente du coût croissant de sa politique 
ultra-accommodante pour le secteur financier et elle préférerait 
ne pas avoir à maintenir trop longtemps des taux d'intérêt 
négatifs, a ainsi déclaré mardi son président, Mario Draghi. 
  
    Les contrats sur l'Eonia arrivant à échéance au 8 décembre 
 EUIRP01=R  , date de la prochaine réunion de politique 
monétaire de la BCE, ressortent à -0,3522 mercredi, pratiquement 
au même niveau que le taux au jour le jour.  
    Les intervenants sur le marché monétaire n'anticipent donc 
plus une baisse de 10 points de base du taux de dépôt de la BCE, 
fixé à -0,40% depuis mars, d'ici la fin de l'année. 
    Ils attachaient une probabilité de 80% à une telle 
éventualité dans la foulée du vote britannique du 23 juin en 
faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne et des 
craintes de récession qu'il avait alimentées.  
    Les indicateurs économiques se sont redressés depuis tandis 
que des données conjoncturelles solides aux Etats-Unis ont 
conforté le scénario d'une hausse des taux par la Réserve 
fédérale en décembre, favorisant un affaiblissement de l'euro.  
    Signe que les taux ont atteint un plancher au sein de la 
zone euro, la probabilité d'une baisse en 2017 s'est aussi 
réduite, l'écart entre les taux Eonia à terme et le taux au jour 
le jour diminuant. (Graphique : http://tmsnrt.rs/2eurVHh) 
    Les taux Eonia forward correspondent à une probabilité de 
40% d'une baisse de 10 points de base à l'horizon novembre 2017. 
Elle tombe à 22% pour les six prochains mois.  
    "Pour l'instant, nous avons atteint un plancher pour les 
taux, ce qui explique que les marchés n'attribuent pas une 
probabilité élevée à une nouvelle baisse du taux de dépôt", dit 
Kim Liu, stratégiste obligataire chez ABN Amro.  
    "Je ne pense pas que la possibilité d'une nouvelle baisse 
des taux soit nulle, mais la probabilité est vraiment faible", 
renchérit Francesco Papadia, ancien directeur général des 
opérations de marché de la BCE.  
    "La raison de cette anticipation tient à la fois aux 
bénéfices limités et au coût : il n'y a pas grand chose à gagner 
d'une nouvelle baisse , disons de 10 points de base, du taux de 
dépôt", ajoute-t-il.  
    Un nouvel assouplissement de la politique monétaire passera 
plutôt par une prolognation du programme de rachats d'actifs de 
la BCE au-delà de l'échénce prévue en mars 2017.   
    Plusieurs sources de banques centrales ont déclaré à Reuters 
qu'il était désormais pratiquement acquis que la BCE 
continuerait d'acheter des obligations sur les marchés après le 
mois de mars et qu'elle assouplirait les modalités de ces achats 
pour éviter une pénurie de titres.   
     
 
 (Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique 
Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nanard83 il y a un mois

    N'attendions nous pas une hausse ??