BCE- les taux n'ont pas atteint leur niveau plancher, dit Praet

le
0
 (Actualisé avec déclarations supplémentaires, contexte) 
    FRANCFORT, 18 mars (Reuters) - Les taux d'intérêt n'ont pas 
atteint leur plancher, a déclaré à un journal italien 
l'économiste en chef et membre du directoire de la Banque 
centrale européenne (BCE), Peter Praet, ajoutant qu'une 
réduction des taux faisait toujours partie de l'arsenal de 
l'institution.  
    "Comme d'autres banques centrales l'ont montré, nous n'avons 
pas atteint la limite basse physique", déclare-t-il dans un 
entretien que publie vendredi la Repubblica. 
    Si "des chocs négatifs devaient dégrader les perspectives ou 
si les conditions financières ne s'ajustaient pas dans la 
direction ou avec l'ampleur nécessaire pour soutenir l'économie 
et l'inflation, une réduction de taux demeure dans notre 
arsenal", ajoute Peter Praet. 
    Après l'annonce d'un nouvel assouplissement de la politique 
monétaire de la BCE la semaine dernière, son président, Mario 
Draghi, avait dit que la banque centrale n'anticipait pas qu'il 
serait nécessaire d'abaisser encore les taux, une déclaration 
qui avait entraîné une nette appréciation de l'euro.  
    Mario Draghi avait déjà un peu ajusté le tir en déclarant 
jeudi que les taux d'intérêt resteraient à leurs bas niveaux 
actuels, voire encore plus bas, pendant longtemps.   
    La Repubblica a interrogé Peter Praet sur la possibilité 
pour la BCE de simplement émettre de la monnaie pour la 
distribuer directement aux citoyens de la zone euro, selon le 
concept de la "monnaie hélicoptère" énoncé par l'économiste 
américain Milton Friedman en évoquant l'image d'un hélicoptère 
faisant pleuvoir des billets sur les gens. 
    "Oui, toutes les banques centrales peuvent le faire. On peut 
émettre de la monnaie et la distribuer aux gens. C'est la 
monnaie hélicoptère", répond l'économiste en chef de la BCE. 
"La question est de savoir si et quand il est opportun de 
recourir à ce type d'instrument, qui est vraiment un instrument 
d'un genre extrême". 
    Mario Draghi a dit à nouveau jeudi que la BCE se tenait 
prête à utiliser tous les instruments à sa disposition si cela 
s'avérait nécessaire. 
    Il a également averti les dirigeants européens que la 
politique monétaire ne suffirait pas à relancer l'économie, 
invitant les gouvernements à faire leur part en mettant en 
oeuvre des réformes structurelles. 
    L'institution de Francfort a mobilisé la semaine dernière 
l'essentiel des outils à sa disposition pour stimuler 
l'inflation et le crédit, réduisant ses trois taux directeurs, 
augmentant ses achats de dettes sur les marchés et promettant 
aux banques de nouveaux financements.   
       
 
 (Christop Steitz; Marc Joanny et Patrick Vignal pour le service 
français, édité par Wilfrid Exbrayat) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant