BCE: Berlin veut un Allemand pour succéder à Draghi

le
24
Le président de la banque centrale allemande, la Bundesbank, Jens Weidmann lors d'une conférence de presse lors du G7 à Bari en Italie, le 13 mai 2017 ( AFP / Alberto PIZZOLI )
Le président de la banque centrale allemande, la Bundesbank, Jens Weidmann lors d'une conférence de presse lors du G7 à Bari en Italie, le 13 mai 2017 ( AFP / Alberto PIZZOLI )

La chancelière allemande et son ministre des Finances Wolfgang Schäuble souhaitent que le patron de la Bundesbank, Jens Weidmann, succède en 2019 à l'Italien Mario Draghi à la tête de la Banque centrale européenne (BCE), affirment vendredi des médias allemands.

La dirigeante et son grand argentier entendent ainsi appuyer la candidature de M. Weidmann, membre du directoire de la BCE et opposant déclaré aux mesures mises en oeuvre ces dernières années par la BCE pour soutenir l'activité et les prix, écrivent le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) et l'hebdomadaire Der Spiegel, qui ne citent pas leurs sources.

"Leur argument : après un Néerlandais (Wim Duisenberg, ndr), un Français (Jean-Claude Trichet, ndr) et un Italien, il est temps qu'un Allemand soit à la tête de la BCE", affirme Der Spiegel.

Aux yeux de Berlin, l'Allemagne, "plus grande économie de la zone euro, n'est pas représentée dans les postes les plus importants" de la BCE, poursuit la FAZ, qui rappelle que le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, est déjà cité comme successeur potentiel à M. Draghi, qui dirige la BCE depuis novembre 2011 et dont le mandat s'achève fin octobre 2019.

La candidature de M. Weidmann pourrait en outre constituer une pomme de discorde entre le gouvernement du nouveau président français Emmanuel Macron, favorable à la politique de M. Draghi, et Berlin. Le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, doit rencontrer M. Schäuble lundi à Berlin.

La FAZ affirme également que Wolfgang Schäuble, qui goûte peu la politique très interventionniste de la BCE, verrait également bien un Allemand à la vice-présidence de l'institution monétaire, actuellement occupée par le Portugais Vitor Constancio et qui doit laisser sa place fin mai 2018.

Enfin, Wolfgang Schäuble aurait également dans sa ligne de mire la présidence de l'Eurogroupe, occupée par le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem mais doit en partir au plus tard en janvier 2018, et souhaiterait là encore y installer un Allemand, poursuit la FAZ.

La BCE pratique depuis plus de deux ans une politique de soutien massif à l'économie, avec des taux d'intérêt historiquement bas, dont elle devrait sortir progressivement étant donné la reprise de la conjoncture dans la zone euro, et qui a fait régulièrement l'objet de critiques en Allemagne, pays vieillissant où beaucoup de citoyens misent sur l'épargne pour financer leur retraite.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lorant21 il y a 7 jours

    Souhaitent... la majorité du conseil de la BCE est plutôt sud que nord..

  • Garasixt il y a 7 jours

    Et puis quoi aussi? Il peuvent le souhaiter mais pas le vouloir, d'autres doivent postuler. L'Allemagne ne doit pas en permanence dicter sa loi. Schaüble commence à nous les briser menu menu avec les méthodes de son père. Heureusement qu'il n'est pas né plus tôt.

  • lefilon il y a 7 jours

    Excellent ! Vous ne voulez pas aussi prendre la présidence de Paris Saint Germain et de Real Madrid ?

  • 12636627 il y a 7 jours

    C'est simplement inacceptable. Il est indispensable qu'il soit issu de sud, un grec ou un portugais.

  • m1234592 il y a 7 jours

    Arrêtons d'accuser l'Allemagne de tous les maux balayons devant notre porte !

  • vazi il y a 7 jours

    l'Allemagne souhaite prendre la direction de la BCE uniquement à des fins personnelles. Maintenant il faudrait que l'on s'attelle à payer leurs retraites après nos efforts pour maintenir leur économie. Et puis quoi encore !!De toute façon rien n'est éternel, les allemands vont à leur tour perdre en efficacité, les étrangers ne sont pas assez formés pour l'industrie allemande et ils vont s'en apercevoir bientôt

  • umrk il y a 7 jours

    De toutes façons l'euro est mort, les allemands le savent parfaitement (voir les soldes Target 2). Mais, à part l'UPR, qui en parle ?

  • nayara10 il y a une semaine

    Après le 3 éme Richt la suite logique

  • rizriz il y a une semaine

    @jeancoq c'était l'année dernière et n'a pas généré de croissance on déshabille Pierre pour habiller Jean les retraites étant payées par les actifs ça ne crée rien c'est un transfère ou plutôt la résultante d'un bon travail des actifs .A la base cette croissance est générée par les actifs , un retraité est un coût , il ne génère pas de croissance , pas de gain de productivité car inactif .

  • jean.coq il y a une semaine

    A propos retraite: les retraites augmentent de 4,25% dans l'ex RFA et 5,95% dans l'ex RDA au 1er juillet 2017. Cela va donner du pouvoir d'achat qui retombera indirectement sur l'ensemble de l'Europe.

Partenaires Taux