Bayrou tend la main à Villepin et à ses «anciens amis égarés»

le
0
Le président du MoDem a été reçu à l'Élysée par Nicolas Sarkozy «pour discuter du G8 et du G20».

Étonnant M. Bayrou. Les derniers sondages pour la présidentielle de 2012 le donnent autour de 8% d'intentions de vote, loin, très loin derrière le PS ou l'UMP, et encore plus loin du FN, mais lui s'y voit toujours. «Cette situation, pour nous, est intéressante, voire passionnante», glissait mercredi après-midi le président du MoDem dans son bureau parisien, rue de l'Université (VIIe).

Bien que peu présent dans les médias ces dernières semaines, François Bayrou garde néanmoins ce lien particulier au temps - «son côté mitterrandien», diraient ses proches - qui, peut-être, fait sa force, au moins, lui permet de rester optimiste contre vents et marées. L'homme reste en effet persuadé que son heure viendra: «Si les deux partis qui ont fait la Ve République depuis trois décennies chutent parallèlement, alors, cela veut dire qu'il y a une majorité de Français qui attendent une reconstruction…»

Tout est dit. Patiemment, en silence, Bayrou regarde la c...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant