Bayrou se veut «interlocuteur libre»

le
3
Reçu «chaleureusement» par Hollande, le centriste n'a pas levé ses réserves sur le projet économique de la gauche.

Entente cordiale ne vaut pas forcément alliance. Si les deux hommes se connaissent depuis des années -ils ont souvent confié par le passé «s'apprécier», François Hollande et François Bayrou ne semblent toujours pas disposés à faire un bout de chemin ensemble. Bien au contraire. Reçu lundi midi à l'Élysée par le chef de l'État, qui a ainsi engagé une série de consultations des partis politiques représentés au Parlement avant le sommet du G20 au Mexique le 18 juin et celui de Rio sur le développement, le président du MoDem a indiqué qu'il entendait rester «libre».

Alors qu'il avait, dans l'entre-deux tours de la présidentielle, indiqué publiquement qu'il voterait pour François Hollande, l'ancien candidat centriste n'a rien à attendre en retour. Au PS, l'idée d'accueillir le MoDem dans la majorité n'a pas cours: le sujet est trop épineux. Le chef de l'État lui-même, pendant sa campagne, n'avait pas cherché à tendre la main plus que nécessaire. Franç

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le lundi 4 juin 2012 à 23:25

    Pourquoi s'occuper de ce monsieur (en minuscule), il est foutu.

  • chatnour le lundi 4 juin 2012 à 23:20

    les 30 deniers de Judas...

  • dhote le lundi 4 juin 2012 à 21:50

    Il a voulu dire :electron libre..