Bayrou refuse le «tous contre un»

le
1
En marge de son déplacement en Franche-Comté, le président du MoDEM a affirmé que l'élection présidentielle n'était pas une élection de «coalition».

François Bayrou ne le dit pas. Pourtant, il savoure le moment: après une série d'échecs électoraux de son parti, l'ancien troisième homme de la présidentielle de 2007 est aujourd'hui revenu au centre du jeu. Ce sont même ses adversaires qui se chargent de l'y remettre. «Ah! Eva Joly a dit ça?», feint-il de découvrir, quand on lui demande ce qu'il pense de la proposition de la candidate écolo.

Jeudi matin, à l'occasion de ses v½ux à la presse, la candidate écologiste à la présidentielle a en effet «invité François Hollande, François Bayrou et Jean-Luc Mélenchon à préparer dès à présent une dynamique de second tour» et à s'engager pour celui ou celle d'entre eux qui sera qualifié au second tour (lire ci-dessus). Traduction: à organiser un scénario de désistement. Surtout, en incluant le leader centriste dans sa proposition, Eva Joly a dédiabolisé François Bayrou vis-à-vis d'une partie de la gauche dure, qu'elle veut représenter. «Tout ça ne m

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le vendredi 6 jan 2012 à 15:14

    BAYROU... le seul "échappatoire" à l'élection présidentielle !!!...