Bayer réduit ses prévisions pour ses plastiques

le
0
LA PROGRESSION DU BÉNÉFICE DE BAYER AFFECTÉE PAR LA HAUSSE DES COÛTS AU PREMIER TRIMESTRE
LA PROGRESSION DU BÉNÉFICE DE BAYER AFFECTÉE PAR LA HAUSSE DES COÛTS AU PREMIER TRIMESTRE

FRANCFORT (Reuters) - Expliquant souffrir de la baisse de la demande pour ses plastiques et ses produits chimiques, Bayer a annoncé jeudi avoir revu à la baisse ses prévisions pour sa division MaterialScience, alors que les résultats de ses activités de pesticides progressent.

Le géant allemand a fait état d'une hausse de 0,4% de son bénéfice avant impôt, intérêts, dépréciations et amortissements (Ebitda) hors exceptionnels au premier trimestre, à 2,45 milliards d'euros, un résultat légèrement inférieur au consensus Reuters (2,59 milliards).

L'action Bayer perdait 0,82% à 10h21 à la Bourse de Francfort alors que l'indice Dax, dont il fait partie, était inchangé.

L'Ebitda de la division MaterialScience, qui produit entre autres des plastiques destinés à la fabrication de DVD ou de phares de voitures, a chuté de plus d'un quart sur les trois premiers mois de l'année.

Le groupe a dû relever les prix de ses plastiques face à la hausse de ses propres coûts de matières premières pétrochimiques, ce qui a eu pour effet de faire baisser les volumes.

La fermeture pour maintenance d'un site en Amérique du Nord a également pesé sur les résultats.

Le marché mondial des polycarbonates, l'une des spécialités de Bayer, souffre d'une augmentation de l'offre mondiale supérieure à celle de la demande après la mise en exploitation de plusieurs nouveaux sites de production par des groupes du Moyen-Orient comme le saoudien Sabic.

Bayer, qui célèbre cette année son cent-cinquantième anniversaire, ne prévoit désormais qu'une stagnation de l'Ebitda annuel de la division MaterialScience, alors qu'il espérait une hausse jusqu'à présent.

Pour l'ensemble du groupe, il s'en tient néanmoins à sa prévision d'une progression d'environ 5% de l'Ebitda ajusté, qui devrait bénéficier du lancement de nouveaux médicaments et de la vigueur de la demande de pesticides.

Ludwig Burger; Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant