Bayer-Hausse de l'Ebitda inférieure au consensus au T4

le
0
    * EBITDA ajusté à 1,9 md au T4 contre 2,03 mds attendu 
    * Hausse des frais de R&D dans la pharmacie 
    * Fléchissement de la division chimie agricole en Amérique 
latine 
    * Ebitda ajusté en hausse d'environ 5% attendu cette année 
    * Le titre en baisse de près de 2,50% à Francfort 
 
 (Actualisé avec des précisions, cours de Bourse) 
    LEVERKUSEN, Allemagne, 25 février (Reuters) - Bayer 
 BAYGn.DE  a enregistré au quatrième trimestre une croissance de 
son excédent brut d'exploitation (EBE, Ebitda) inférieure au 
consensus, une hausse des dépenses de recherche-développement et 
un fléchissement en Amérique latine ayant pesé sur sa division 
de chimie agricole. 
    L'EBE ressort en hausse de 4% à 1,90 milliard d'euros, alors 
que le consensus Reuters le donnait à 2,03 milliards. 
    Le chiffre d'affaires trimestriel est aussi un peu en deçà 
des attentes, de 11,32 milliards d'euros contre 11,6 milliards 
prévus. 
    En revanche, le bénéfice net dépasse le consensus, 
ressortant à 613 millions d'euros contre 581 millions attendus. 
    L'action Bayer affiche le plus fort recul parmi les rares 
valeurs en baisse de l'indice Dax de la Bourse de Francfort, 
cédant plus de 2,6% vers 08h45 GMT. 
     L'Ebitda ajusté des activités pharmaceutiques, la 
principale division du groupe, est ressorti en hausse de 7,2% à 
1,51 milliard d'euros, soit 6% en dessous du consensus des 
analystes en raison d'une hausse d'environ 140 millions d'euros 
des dépenses de R&D par rapport à l'année précédente. 
     Le nouveau président du directoire désigné Werner Baumann, 
qui doit succéder à Marijn Dekker le 1er mai, devra montrer que 
Bayer est capable de maintenir le rythme de lancement de 
nouveaux médicaments performants comme le traitement oculaire 
Eylea ou l'anticoagulant oral Xarelto. 
    Parmi les produits en cours de développement figure le  
traitement expérimental de l'insuffisance cardiaque finerenone, 
arrivé l'année dernière à la dernière étape des essais 
cliniques, la plus coûteuse. 
    Pour 2016, le groupe chimique allemand anticipe un C.A. de 
l'ordre de 47 milliards d'euros, ainsi qu'une croissance de 5% 
environ de l'Ebitda ajusté, y compris sans prendre en compte sa 
filiale dans les plastiques Covestro  COV1.DE , cotée séparément 
et dont il entend se désengager complètement à moyen terme.  
 
 (Ludwig Burger, Wilfrid Exbrayat et Marc Joanny pour le service 
français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant