Bayer c½urs à vif

le
0
Bayer cœurs à vif
Bayer cœurs à vif

Alors que comme chaque année, Leverkusen devait sortir bien sagement de la phase de poules de la Ligue des champions et squatter le podium de la Bundesliga, à quelques encablures de la trêve, il n'en est rien. Une situation qui met à cran tous les acteurs du club.

Deux footballeurs de la même équipe qui s'engueulent en plein match, c'est assez rare pour être souligné. Mais lorsque la scène se passe à quelques minutes du terme d'un match décisif pour une qualification en 8es de finale de la Ligue des champions, cela en devient lunaire. Alors si on ajoute à ça le fait que les deux joueurs en question font partie de l'une des équipes les plus lisses d'Europe, on n'ose à peine y croire. Et pourtant, mercredi soir, alors que Leverkusen n'avait plus qu'un but à mettre pour se défaire du FC Barcelone et surtout accéder au prochain tour de la Champions', Karim Bellarabi et Javier " Chicharito " Hernandez n'ont rien trouvé de mieux que de perdre du temps à s'engueuler après une action foirée de la part de l'Allemand. Si le Bayer avait fini par marquer ce petit but décisif et s'était qualifié, on ne parlerait sans doute plus de cette prise de becs entre coéquipiers. Oui mais voilà, Leverkusen ne verra pas les 8es de finale de la LDC et devra se contenter d'aller faire un tour en Ligue Europa. Et cette engueulade restera dans les mémoires comme un symbole de la saison bien merdique qu'est en train de vivre le club rhénan pourtant habitué à une existence bien monotone.

Croque-attaque


Car depuis le début de la saison, rien ne se passe comme prévu à Leverkusen. En championnat, le club galère et n'arrive pas à enchaîner plus de deux victoires de suite. Lorsqu'on a pour ambition de venir chatouiller le Bayern au classement, ça fait léger. Des défaites qui font tache, il y en a eu un paquet. Contre ses concurrents directs, le Bayer n'a pas vraiment existé. Contre le Bayern, Dortmund et Wolfsburg, Leverkusen a fait bien pâle figure. Mais ce sont d'autres défaites, contre des clubs moins costauds, qui ont laissé des traces. Celle face au promu Darmstadt notamment, mais aussi et surtout celle dans le derby du Rhin à domicile contre le 1.FC Cologne, début novembre. Car à chaque fois, les hommes de Roger Schmidt ont essayé. Beaucoup. Trop peut-être. Et au final, c'est à cause de son attaque normalement tonitruante que le Bayer perd des points, ou plutôt n'en prend pas. Cette dernière n'est que l'ombre de celle qu'elle était l'an passé, et passe sa vie à croquer devant le but. En moyenne, l'armada offensive de Leverkusen frappe 15 fois par match, mais elle n'a marqué que 19 buts depuis le début de la…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant