Baudouin Prot quitte la présidence de BNP Paribas

le
0
Baudouin Prot quitte la présidence de BNP Paribas
Baudouin Prot quitte la présidence de BNP Paribas

Le président de BNP Paribas, Baudouin Prot, quittera, à sa demande, son poste le 1er décembre et sera remplacé par son conseiller Jean Lemierre, a indiqué ce vendredi la banque française.

Ce départ prématuré, alors que le mandat de Baudouin Prot courait jusqu'en 2017, est annoncé près de trois mois après que le groupe s'est vu infliger une amende record de 8,9 milliards de dollars (environ 7 Mds¤) aux Etats-Unis pour violations des embargos américains contre Cuba, l'Iran et le Soudan.

«Après m'être pleinement consacré à la réussite du groupe depuis plus de 30 ans, j'ai décidé, pour des raisons personnelles, de prendre du recul. J'estime que le moment est venu pour moi de passer le flambeau à un nouveau président, qui apportera une énergie nouvelle à notre entreprise», a expliqué Baudouin Prot, 63 ans.

Figure emblématique de BNP Paribas, il a contribué à faire de la banque un mastodonte de son secteur, lorsqu'il en fut le directeur général de 2003 à 2011, année où il succéda à Michel Pébereau à la présidence.

Il bâtit la première banque de la zone euro

Parmi ses faits d'armes figurent notamment les rachats de BNL en Italie en 2006 puis de l'établissement belge Fortis en 2009, l'un des coups de maître de la crise financière. Baudouin Prot peut aussi se targuer d'avoir permis à la banque de traverser la crise financière de 2008 sans cicatrice alors que la plupart des grandes banques américaines et européennes étaient engluées dans les «subprime».

Jean Lemierre, 64 ans, entré au poste de conseiller du président de BNP Paribas en 2008, a passé l'essentiel de sa carrière dans la haute fonction publique, en France puis dans des instances européennes, notamment à la direction du Trésor et à la tête de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement.

Au sein de la banque, il s'est illustré récemment pour avoir négocié l'accord avec les autorités américaines, dans le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant