Batelli : "J'ai conscience du produit qu'on m'a confié"

le
0
Batelli : "J'ai conscience du produit qu'on m'a confié"
Batelli : "J'ai conscience du produit qu'on m'a confié"

Champion d'Europe des moins de dix-neuf ans avec l'équipe de France en juillet dernier, Ludovic Batelli a depuis pris les commandes des U20 avec qui il s'apprête à affronter deux fois les Pays-Bas en quatre jours. La Coupe du monde 2017 dans la tête et une certaine idée de l'ordre sur fond d'humanisme. Leçon de coaching.

Comment on se sent quelques semaines après un titre de champion d'Europe?
On se sent plutôt pas mal avec la satisfaction du travail et du devoir accompli. Je n'aime pas trop me mettre en avant car je pars du principe que le football est un sport collectif. Ce titre est le fruit d'un très gros travail collectif entre le staff, l'entraîneur et les joueurs.

D'où vient cette volonté permanente de refuser la lumière?
Sans doute de mon éducation déjà. Môme, à la maison, on n'avait pas trop l'habitude de se mettre en avant ou de parler de soi.
"J'aime bien que les êtres, les hommes, les joueurs se réunissent autour d'un double projet : le projet de jeu et le bien-vivre ensemble"
Je pense aussi que ça vient de ma construction de footballeur au niveau du poste. Gardien de but, même si c'est vrai qu'on est un petit peu tout seul, on a le temps de regarder le mécanisme collectif donc on est plus dans l'analyse, la pondération. Toute cette histoire fait ce que je suis devenu aujourd'hui. J'aime bien que les êtres, les hommes, les joueurs se réunissent autour d'un double projet : d'abord celui du projet de jeu parce que c'est important, les stars c'est bien sûr les joueurs mais avant tout c'est l'équipe, et bien vivre ensemble, accepter le mécanisme de vie en collectivité, faire l'effort pour les autres. C'est des choses qui font que je suis très attaché à ces valeurs.

Qu'est-ce qu'il reste aujourd'hui du Batelli joueur?
Je dirai qu'il reste, sur les fondements, cette volonté de vivre les choses collectivement de la même manière. Il reste aussi mon envie, beaucoup de générosité, ce besoin d'être toujours tourné vers les autres... Je pense que si on devait me caractériser, on reviendrait au rôle de capitaine que j'ai souvent assumé dans les équipes où j'étais. Pourquoi ? Parce que je parlais toujours au nom de la collectivité, pour le bien des autres, et ensuite défendre ma propre parole qui était avant tout celle de l'équipe et des potes.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant