Batailles républicaines dans le New Hampshire

le
0
Marco Rubio à un rally à Derry, dans le New Hampshire, le 7 février 2016.
Marco Rubio à un rally à Derry, dans le New Hampshire, le 7 février 2016.

A la veille de la primaire dans cet Etat de la côte Est, la course à l’investiture du Grand Old Party reste aussi incertaine que fratricide.

Steve Hunt pose fièrement, le torse bombé, entre deux tables du Generals Sports Bar and Grill de Weare, dans les collines du New Hampshire. Il a confectionné lui-même son tee-shirt, orné d’un panneau d’interdiction dans lequel a été glissé un portrait de la candidate démocrate Hillary Clinton. Le panneau est surmonté d’un mot d’ordre : « Anybody but Clinton » (« N’importe qui sauf Clinton »). Dans l’esprit de Steve Hunt, ce « n’importe qui » est naturellement limité aux neuf républicains toujours candidats à l’investiture du Grand Old Party (GOP).

Il est venu dans ce bar installé en lisière de forêt, ce jeudi 4 février, pour entendre le vainqueur de l’Iowa, le sénateur du Texas Ted Cruz, tout juste débarqué de son bus frappé de la formule « Cruz’in To Victory ». « Je n’ai pas encore fait mon choix pour mardi » 9 février, jour de la primaire du New Hampshire, « je veux entendre ce qu’il a à dire ». Pour Steve Hunt, il n’est pas seulement question d’idées. « Je veux savoir s’il peut gagner, parce que c’est ça qui compte, cette année, gagner », avoue-t-il.

Cruz et la « Reagan coalition » Ted Cruz entretiendra cette flamme quelques instants plus tard, en décrivant la situation, dramatique d’après lui, qui serait celle des Etats-Unis avec « un troisième mandat de ce président », réincarné sous les traits de son ancienne secrétaire d’Etat, Mme Clinton. Il évoque la nomination de juges libéraux à la Cour suprême, qui s’attaqueraient à des valeurs américaines selon lui déjà menac...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant