Bataille procédurale au procès Servier

le
0
La défense et une partie des parties civiles souhaitent que l'affaire du Mediator soit jugée devant le tribunal de Paris, et non devant celui de Nanterre, à une date ultérieure.

Assis, jambes croisées, face aux avocats des parties civiles, Jacques Servier, 90 ans, donne l'impression d'avoir aux lèvres un sourire permanent. Avec ses yeux largement fendus et son crâne dégarni, il ressemble à un bonze en costume trois pièces gris. Il est entouré de quatre coprévenus, qui représentent les personnes morales poursuivies pour «tromperie aggravée» devant le tribunal de Nanterre par des victimes du Mediator. Derrière eux, à cause d'une haute rambarde de marbre, on ne voit de manière cocasse que les visages des avocats de la défense, comme s'ils barbotaient dans quelque jacuzzi.

Mais leurs robes noires vont bientôt émerger car il s'agit de torpiller la procédure de citation directe qui mobilise la XVe chambre du tribunal de Nanterre, sous la présidence d'Isabelle Prévost-Desprez. Pour faire simple, la défense estime que ce procès n'a aucun lieu d'être car deux juges spécialisés dans les affaires de santé publique instruisent, au tribunal de P

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant