Bataille pour le marché bancaire britannique

le
0
Richard Branson, Tesco ou encore des pontes de la City: des acteurs non issus du monde de la banque veulent s'imposer dans les services financiers. La cession des 600 agences de Lloyds Banking suscite les convoitises.

Vous avez toujours rêvé de monter une banque? Il est encore temps de traverser la Manche. Le contribuable britannique peine à avaler la facture de 15 milliards d'euros, selon Eurostat, acquittée depuis 2008 pour sauver les RBS et autres HBOS. Le client, lui, se remet mal d'un scandale sur les assurances emprunteurs qui a mis à jour un racket de quelque 10 milliards d'euros opéré ces dernières années par les grandes banques. Forcément, la cote d'amour des géants bancaires auprès des particuliers et des PME s'en ressent. Et comme les marges restent élevées, une kyrielle de nouveaux acteurs, venus de toutes parts, sont prêts à investir pour s'engouffrer dans la brèche de ce mécontentement.

Et pas n'importe qui. Le distributeur Tesco ou encore Virgin, la marque chère à sir Richard Branson, planifient leur montée en puissance. «Si j'étais une grande banque britannique, je ne m'inquiéterais pas à court terme, analyse Mark Dynes, spécialiste des banques de détail

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant