Bataille judiciaire autour des documents électoraux de l'UMP

le
5
LES DOCUMENTS ÉLECTORAUX DE L'UMP PROVOQUENT UNE BATAILLE JUDICIAIRE
LES DOCUMENTS ÉLECTORAUX DE L'UMP PROVOQUENT UNE BATAILLE JUDICIAIRE

PARIS (Reuters) - Des huissiers se sont présentés lundi matin au siège de l'UMP à Paris dans le cadre de la saisie conservatoire des documents électoraux du scrutin controversé pour la présidence de l'UMP engagée par François Fillon, a-t-on appris au siège du parti.

De son côté, Jean-François Copé demandera dans la soirée en référé à la justice de retarder cette saisie conservatoire pour permettre à la commission des recours de terminer ses travaux, a expliqué l'un de ses avocats.

"On demande que cette saisie soit suspendue le temps de terminer les travaux de la commission des recours. On demande qu'elle ne soit pas paralysée", a dit Me Jean-Pierre Versini-Campinchi à Reuters.

L'huissier qui s'est présentée dans la matinée au siège de l'UMP ont pu "vérifier qu'il y avait une égalité d'accès" des différents camps aux données électorales du vote du 18 novembre, a indiqué l'équipe Copé.

"Il a également pu constater que l'ensemble des documents étaient en sûreté dans une pièce placée sous contrôle d'(un autre) huissier", a-t-on précisé.

François Fillon, qui menace d'engager une action en justice pour établir "la vérité des chiffres", a annoncé avoir engagé une procédure préventive devant le tribunal de Paris pour éviter toute manipulation des données électorales

L'ordonnance rendue par le vice-président du tribunal de Paris mandate des huissiers "pour assurer la bonne conservation et l'égal accès de ces documents, soit au siège de l'UMP, soit, au cas où cela s'avérerait impossible, dans les locaux de la chambre nationale des huissiers", écrit son équipe de campagne dans un communiqué.

Les deux camps s'accusent de fraudes lors du vote auquel ont participé près de 170.000 militants.

Jean-François Copé a été proclamé élu avec 98 voix d'écart mais la commission électorale a reconnu l'oubli de trois bureaux. Selon l'équipe Fillon, la prise en compte de ces bulletins inverserait le résultat.

Le député-maire de Meaux a saisi la commission des recours sur le résultat du scrutin mais son adversaire récuse cette instance, qui est à ses yeux noyautée par des "copéistes".

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nono67 le lundi 26 nov 2012 à 21:25

    ah bon parce que les élections en afrique ne sont pas des élections partisanes ??

  • docteur7 le lundi 26 nov 2012 à 17:51

    euh, nono67, en Afrique, on parle d'élections offielles, ici, il s'agit plutôt d'élections partisanes dont tous les Français se moquent, sauf quelque 170.000 électeurs. Tu vois mieux la nuance ? ...

  • nono67 le lundi 26 nov 2012 à 17:39

    c'est en afrique où l'on se marre le plus. la france , toujours prete à envoyer du personnel pour controler la regularité des elections dans les pays africain, ferait mieux de faire le ménage devant sa porte. D'une manière plus générale, on devrait arreter de donner des leçons à tout le monde parce que c'est vraiment le bordel dans ce pays !!

  • M4333993 le lundi 26 nov 2012 à 17:27

    Pourquoi demander un retard si ce n'est pour "mieux" cacher la vérité ! çà pue la magouille à plein nez de l'arroseur arrosé !

  • M4048391 le lundi 26 nov 2012 à 17:05

    La blague! on ne peut pas parler de démocratie et d'Ethique...