Bataille de robots martiens en Pologne

le
0
Bataille de robots martiens en Pologne
Bataille de robots martiens en Pologne

Muni d'une petite pelle, le bras articulé du robot martien tente de prélever avec précision un échantillon de terre rouge. La tâche, une des épreuves du concours européen des robots explorateurs à Checiny, en Pologne, n'est pas facile: le sol est humide et serré.La mission est d'autant moins aisée que la pelle est découpée dans une boite de conserves et accrochée au bras avec du ruban adhésif argenté."Nous avons fait cette pelle la nuit dernière parce que celle que l'on avait préparée ne fonctionnait pas", explique Kim Da-Eun. Agée d'une vingtaine d'années, elle fait partie de l'équipe de l'Université McGill de Montréal venue spécialement pour ce concours qui a lieu pendant le week-end."Il faut improviser, il faut toujours essayer", ajoute-t-elle souriante, contente de croiser des équipes du monde entier venues en Pologne.Au total, 27 équipes universitaires de douze pays, dont les Etats-Unis, l'Australie, le Canada, les Pays-bas, l'Inde et la Colombie participent à ce concours organisé par la Mars Society Polska, branche locale d'une association internationale préparant la conquête de la planète. La première édition de cette compétition a été lancée en 2007.- La Pologne tient le haut du pavé -La Pologne, qui depuis des années tient le haut du pavé dans ce genre de concours dans le monde, est représentée cette année par douze équipes.Les robots, commandés à distance par des opérateurs qui ne voient le terrain que sur l'écran de leurs ordinateurs, doivent affronter quatre épreuves sur ce terrain vague transformé en planète Mars à l'aide de quelque 750 tonnes de terre rouge extraites d'une mine voisine.Modulables, sur quatre, six ou huit roues, pesant jusqu'à 50 kilogrammes, les robots doivent aider les astronautes et servir de base pour différents modules d'exploration scientifique."Outre le prélèvement d'échantillons du sol, ils doivent savoir manipuler les interrupteurs d'un réacteur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant