Bataille de Mossoul : le Kurdistan irakien se positionne

le
0
Avec les peshmergas, les combattants kurdes irakiens, qui ont lancé dimanche leur offensive sur Mossoul.
Avec les peshmergas, les combattants kurdes irakiens, qui ont lancé dimanche leur offensive sur Mossoul.

Quand le bruit de l'explosion a déchiré l'air, Razi, simple peshmerga, n'a presque pas bougé. Pourtant, à quelques centaines de mètres de lui, de l'autre côté du village de Mufti, un camion suicide bourré d'explosifs vient d'être désintégré alors qu'il tentait de franchir les lignes de défense des soldats kurdes irakiens. Bien que la plupart de ses compagnons d'armes aient été figés par la violence de la déflagration, Razi se tient là, flegmatique. C'est tout juste s'il jette un vague coup d'?il à l'immense colonne de fumée qui s'élève. « Nous savions qu'il y avait un véhicule piégé en approche, mais nous ne savions pas où exactement. C'est le neuvième de la journée dans ce village », lâche-t-il simplement.

Dimanche, sur la ligne de front, une étrange atmosphère régnait dans les rangs kurdes, à l'image de Razi, à la fois grave et va-t-en-guerre. Car, si, depuis un peu plus d'un mois, l'État islamique enchaîne les défaites en Irak et en Syrie, les peshmergas n'avaient pas encore pu lancer « leur » offensive d'envergure.

Offensive de 5 000 hommes

En mars, c'était l'armée irakienne ? répondant aux ordres de Bagdad ? qui attaquait depuis la ville de Makhmour, aux portes du Kurdistan, et prenait (péniblement) quelques villages à l'organisation terroriste, avant d'attaquer Falloujah, bien plus au sud. La semaine dernière, les Forces...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant