Bataille autour des places de stationnement dans le centre de Paris

le
4

La Ville prévoit de supprimer 150 des 230 places de parking situées sur l'île Saint-Louis. Un projet que contestent les riverains et élus alors que, depuis 2001, 40% des emplacements ont été rayés de la carte dans la capitale.

La voiture n'est décidément plus la bienvenue à Paris. Le projet de la Ville de supprimer 150 des 230 places de stationnement sur l'Île Saint-Louis met en colère les habitants et élus de ce quartier du IVe arrondissement de la capitale. Les riverains ont lancé une pétition en ligne et enchaînent les réunions depuis fin janvier, rapporte Le Parisien .À la demande de Vincent Roger, élu (LR) d'opposition de cet arrondissement, Nathalie Kosciusko-Morizet, la chef de file de la droite parisienne, a officiellement soutenu le mouvement de contestation des habitants. Elle demande la tenue d'un référendum local, même si politiquement, elle a toujours défendu «la réduction de la voiture à Paris».

Ces suppressions de place de stationnement doivent permettre de faciliter l'accès des secours dans les rues étroites du quartier, explique au quotidien Christophe Najdovski, adjoint (EELV) à la maire de Paris chargé des déplacements. Un argument qui ne convainc pas les commerçants. «Et nos clients, ils feront comment quand ils sauront qu'il n'y a plus de stationnement?», s'insurge la patronne du célèbre glacier Berthillon. «Cette décision va entraîner en plus une perte de clientèle et une baisse de notre chiffre d'affaires», craint un autre commerçant.

Augmentation des tarifs

En à peine 15 ans, le nombre de places réservées aux voitures sur la voie publique a fondu de près de 40 % à Paris. La capitale en comptait 235.000 en 2001. Il n'en restait plus que 142.983 en 2014. La suppression progressive de ces emplacements s'est accompagnée d'un durcissement des règles de stationnement à Paris au fil des ans. Fin de la gratuité à partir du 19 h, le samedi ou durant le mois d'août, hausse du tarif à 4 €/heure au lieu de 3,60 €/heure... Pour se garer sur la voie publique à Paris, les automobilistes doivent mettre toujours plus la main au porte-monnaie. «Les prix du stationnement résidentiel sont tellement attractifs que nous assistons aujourd'hui à un phénomène de voitures ventouses», expliquait-on l'an dernier à la mairie de Paris, qui souhaite encourager les résidents à utiliser les parkings souterrains.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1589075 le lundi 15 fév 2016 à 11:26

    C'est clair Hidalgo et ses suppôts sont contre la voiture, contre le travail et s'appuient sur des dogmes éculés. et sont dans la démagogie. Résultat l'endettement augmente, on vit de moins en moins bien les rues ne sont plus nettoyées et sauf à être ministre même en taxi on circule de plus en plus mal. Merci Madame Hidalgo

  • sibile le lundi 15 fév 2016 à 11:00

    je vote pour celui qui interdit les voitures dans Paris ... DE L'AIR !

  • er3dw le dimanche 14 fév 2016 à 23:20

    quand on vote pour des incompétents on a les résultats. maintenant payez et j'espère que les prix vont doubler et même tripler puisque vous ne vous intéressez pas aux gens pour qui vous votez

  • kerken le dimanche 14 fév 2016 à 17:11

    Vous avez voté pour eux ....Alors ! tapez vous sur la bedaine en disant c'est ma faute ma très grande faute ....?