Bastien Millot, ex-dirigeant de Bygmalion, mis en examen pour recel de favoritisme

le
1
BASTIEN MILLOT, EX-DIRIGEANT DE BYGMALION, MIS EN EXAMEN POUR RECEL DE FAVORITISME
BASTIEN MILLOT, EX-DIRIGEANT DE BYGMALION, MIS EN EXAMEN POUR RECEL DE FAVORITISME

PARIS (Reuters) - Bastien Millot, un proche du président de l'UMP Jean-François Copé, a été mis en examen pour "recel de favoritisme" dans une enquête sur des contrats obtenus par sa société Bygmalion auprès de France Télévisions, dont il a été un des dirigeants, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

De même source, on indique que la mise en examen de Bastien Millot en tant que personne physique a été prononcée le 11 avril. Celle de Bygmalion, société qu'il a fondée en 2008, en tant que personne morale est intervenue mardi.

L'affaire porte sur des missions de communication confiées à Bygmalion par France Télévisions juste après le départ en congé sabbatique de Bastien Millot, qui était directeur général délégué en charge de la stratégie du groupe de télévision public.

Une information judiciaire, confiée au juge Renaud Van Ruymbeke, est ouverte depuis juin 2013 sur des soupçons de "favoritisme et prise illégale d'intérêts".

Bygmalion, société que Bastien Millot a dirigée jusque fin 2013, est au centre d'une autre affaire de surfacturation présumée de prestations pour l'UMP lors de la dernière campagne présidentielle, qui fait l'objet d'une enquête préliminaire du parquet de Paris.

Jean-François Copé a qualifié de "pur mensonge" les informations de l'hebdomadaire Le Point selon lesquelles il aurait favorisé Bygmalion dans cette affaire.

(Nicolas Bertin, édité par Yann le Guernigou)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.