Bastia se sort de la fournaise niçoise

le
0
Bastia se sort de la fournaise niçoise
Bastia se sort de la fournaise niçoise

Très peu d'amour ce soir sur la pelouse de Nice, où les deux buts bastiais ont été inscrits au milieu d'une déferlante de sales coups. Les deux petites gouttes de sang froid dans un match bouillant qui ont fait toute la différence.

OGC Nice 0-2 SC Bastia

Buts : Diallo (61e), Ayité (64e) pour Bastia

À chaque fois qu'il touche un ballon, c'est la même chanson. Une bronca qui s'élève des tribunes de l'Allianz Riviera, pourtant bien vides ce soir. Nice n'a pas oublié Jean-Louis Leca. Nice n'aime pas Jean-Louis Leca. Nice le montre à Jean-Louis Leca. Car lors du Nice-Bastia de la saison dernière, alors que la préfecture un brin paranoïaque avait tenté d'interdire les signes d'appartenance à la Corse, celui qui n'était alors que le gardien remplaçant du SC Bastia était devenu, au choix, un héros ou un minable. L'arme du crime ? Un drapeau corse tendu bien haut sur la pelouse après la victoire des siens, et un envahissement de terrain + une bagarre en bonus.

Alors, aujourd'hui, les bouillants supporters bastiais, déjà responsables d'un beau tintouin à Reims il y a deux semaines, étaient tout bonnement interdits de déplacement. Ils ont donc raté un duel âpre entre deux équipes qui se haïssent depuis toujours, et qui ont proposé du jeu correct quand elles n'étaient pas en train de s'embrouiller, avec au final un succès 2-0 des Bastiais. Belle histoire malgré tout, cette série impressionnante toujours en cours : aucun Nice-Bastia ne s'est jamais conclu par un 0-0 dans l'histoire de la Première division.

Le GYM rythmique et sportif


Dans un stade aux rangs plus que clairsemés, même le peuple de Nice ayant visiblement décidé de faire autre chose ce soir, le GYM se lance dans sa série d'exercices sans attendre. En moins de deux, Plea récupère seul dans la surface un beau centre de Walter et force Leca à sortir une parade XXL. Le contre bastiais qui suit deux minutes plus tard aurait pu être aussi dangereux si Brandao, forcément, ne s'était pas loupé. Toujours est-il qu'après cinq minutes de jeu, le ton est déjà donné : la soirée sera chaude. Une intensité également flagrante dans les contacts avec une belle distribution de tampons, mais Antony Gautier est d'humeur à tenir son match, et ses coups de sifflet se montrent justes et pertinents.

Côté stratégie, Nice opte pour une utilisation massive des couloirs et se montre presque toujours dangereux, grâce à des Pléa et Pereira très en jambes. Chez les…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant