Bastia réussit son pari et file en finale

le
0
Bastia réussit son pari et file en finale
Bastia réussit son pari et file en finale

Dans un match où personne n'a voulu s'enflammer, Bastia a gagné Monaco aux tirs au but (7 à 6) et retrouvera le PSG pour une finale rêvée par tous les supporters corses.

Avec les poètes corses d'un côté et les vicelards monégasque de l'autre, mais aussi le déplacement en masse des fans insulaires dans la Principauté, il y avait de quoi se dire que ce match pouvait partir un peu dans tous les sens, avec un curseur de l'intensité au maximum. Ca n'a pas été le cas, entre une formation qui est de nature prudente et une autre qui n'avait pas envie de gâcher sa saison en mettant trop de folie. Il y aura donc une prise par le coup de Dirar par Palmieri, vite calmé par un attroupement, un Fabinho qui s'est appliqué à appuyer sur la cheville gauche de Danic. Mais aussi beaucoup de transversales ratées, de glissades en plein course. Comme il fallait quand même un vainqueur, ça s'est joué aux tirs au but. Et comme il fallait un clin d'oeil, c'est Toto Squilacci, l'ancien de l'ASM, qui a planté le tir au but décisif.
Giovanni Sio rate ses débuts
Pourtant ça partait bien. Pour se montrer digne de ses supporters, Bastia fait une très bonne première période. Le coup de l'équipe concentrée, prête à faire l'exploit. Modesto, Squillaci et Marange ne retrouvent pas les jambes de leurs meilleures années mais ils sont à chaque fois là pour gêner le trio d'attaque monégasque composé de Germain, Martial et Berbatov. Le Bulgare avait de quoi réduire leurs efforts à néant mais il loupe son face à face une fois seul face à Aréola. Niveau regret, il est tout de même loin de Giovanni Sio. L'Ivoirien, qui avait laissé un bon souvenir lors de son passage en prêt à Sochaux en 2013, a beaucoup demandé, seul en pointe. Mais si le milieu corse, qui a bien exploité le déchet du vice-champion de France, lui a donné quelques munitions, la recrue bute sur Stekelenburg. Qui existe donc encore.
Les deux meilleures occases pour Bastia
En seconde période, l'ASM parvient à accélérer avant l'heure de jeu. Martial casse quelques reins sur le coté, avant de servir en retrait. Pour contourner la défense, Berbatov temporise, remise pour Moutinho qui arrive lancé pour une lourde qui passe de peu à côté. Jardim décide alors de changer ses plans et sort Germain au lieu de l'ancien de l'OL pour offrir ses premières minutes sous son nouveau maillot à Alain Traoré. Si les Bleus défendent de plus en plus bas, c'est Squillaci, sur une montée, qui fait frissonner Louis II. Bien servi par un bon Boudebouz, le stoppeur donne tout sur une frappe à l'entrée de la surface qui...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant