Bastia renverse Paris !

le
0
Bastia renverse Paris !
Bastia renverse Paris !

Après avoir rapidement mené 2-0, les Parisiens ont craqué en quatre classiques: le pénalty limite, la tête sur coup de pied arrêté, la frappe aussi improbable que superbe et le but en contre. Bastia, qui n'y croyait même pas, peut se réjouir de ce scénario incroyable.


Bastia - PSG
(4-2)

R. Boudebouz (31'), F. Modesto (44'), J. Palmieri (54'), J. Palmieri (88') pour Bastia , Lucas (9'), A. Rabiot (20') pour Paris S-G.


Ce match devait être beaucoup de choses. Un échappatoire, aussi négligeable soit-il, après les évènements de cette semaine. Les débuts en championnat du " nouveau " management de Laurent Blanc, plus sévère, plus dur. Un nouvel élan pour Rabiot et Cabaye. Et à la fin, une prise de pouvoir du PSG sur le championnat de France, au moins en attendant le résultat de Lyon. Même Bastia, diminué par la CAN, voulait bien se laisser faire, se présentant en victime expiatoire dans un 5-3-2 béton sans attaquant de métier. Si côté parisien, les absents sont nombreux, entre Aurier à la CAN, les Italiens (Sirigu et Motta sur le flanc, Verratti sur le banc) et les punis (Cavani et Lavezzi), l'équipe a tout de même fier allure avec ce triangle national Cabaye-Rabiot-Matuidi. Tout avait commencé selon le plan, avec une passe décisive du premier, un but du second, un Paris serein. Et puis tout a basculé, et Paris a explosé.

Des sourires, de la rage
Au commencement, Furiani se tait, pour une minute de silence pleine d'émotion. Les supporteurs brandissent leurs écharpes, les journalistes des pancartes et leur carte de presse, Laurent Blanc baisse les yeux. Lucas prie, sans doute. Pourtant, il faut jouer, malgré tout. Un peu moins d'un an après son arrivée, Yohan, placé en sentinelle, rappelle pourquoi il était la priorité du coach. A la dixième minute, plein axe, de très loin, il met le ballon dans la course de Lucas, qui peut lober à l'entrée de la surface Areola, sorti un peu aux fraises. Une passe décisive, sa première depuis le 23 février, qui fait du bien au moral. Lucas, de son côté, confirme qu'il a franchi un cap face au but cette saison, même s'il gâche l'occasion suivante en préférant la frappe à la passe en retrait à Ibrahimovic. Autre candidat au sourire, Adrien Rabiot. Ce sera un but pour lui, parfaitement servi par Pastore après une récupération de Matuidi dans les pieds bastiais. Heureux, tout le...









Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant