Bastia-PSG : le président bastiais demande la démission de Frédéric Thiriez

le , mis à jour à 19:16
0
Bastia-PSG : le président bastiais demande la démission de Frédéric Thiriez
Bastia-PSG : le président bastiais demande la démission de Frédéric Thiriez

Entre le SC Bastia et Frédéric Thiriez, le président de la Ligue de football professionnel (LFP), le torchon brûle. Au lendemain de la lourde défaite de son équipe face au PSG (0-4) en finale de Coupe de la ligue, le président du club corse Jean-Marc Geronimi semble ne toujours pas avoir digéré l'attitude de Frédéric Thiriez. Samedi soir, le président de la Lique n'est pas venu saluer les joueurs avant le coup d'envoi de la rencontre pour éviter de se faire siffler par les supporters bastiais. 

«Si on veut être le président d'une Ligue avec 41 clubs professionnels plutôt que 42, il faut s'en aller, a réagi le dirigeant bastiais auprès de nos confrères de RMC Sport ce dimanche matin. Je n'en appelle pas seulement à Thiriez, j'en appelle aux pouvoirs publics, j'en appelle au ministre des tutelles, aux gens du gouvernement parce que ce qu'il s'est passé hier soir c'est intolérable, c'est inacceptable !»

«Je vais peut-être en faire rire certains mais hier Obama et Castro se sont serrés la main... Thiriez l'avait déjà montré il y a trois ans lorsqu'il n'avait pas voulu nous remettre le trophée de champion (de Ligue 2), il est raciste ! Raciste anti-corse, a lancé Jean-Marc Geronimi. Mais il aurait dû déjà démissionner ce soir-là. Le Sporting le demande, il faut qu'il s'en aille.» Samedi soir, à l'issue de la finale, l'entraîneur de Bastia Ghislain Printant s'était déjà dit «scandalisé» par la décision de Frédéric Thiriez, estimant qu'il s'agissait d'un «manque de respect» à l'égard de ses joueurs.

Frédéric Thiriez «s'est sacrifié»

Frédéric Thiriez a décide de ne pas rester muet face à ces attaques et s'est justifié sur France Inter. «Je savais très bien que dès l’instant où je descendais sur la pelouse il y aurait des incidents. Et que ces incidents allaient entacher la fête et entacher le début du match par des choses tout à fait désagréables. (...) Je me suis sacrifié, dans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant