Bastia : Octobre noir pour le Sporting

le , mis à jour à 11:07
0
Bastia : Octobre noir pour le Sporting
Bastia : Octobre noir pour le Sporting

Trois défaites et un nul en Ligue 1, et une élimination en Coupe de la Ligue : tel est le bilan de Bastia en ce mois d’octobre. Les Corses regardent désormais plus derrière que devant au classement.

Bonne nouvelle pour Bastia ! Octobre se termine ce lundi et le Sporting n’aura donc plus de match à disputer dans ce mois maudit. Avec trois défaites (à Nantes, à Lille et contre Angers) et un nul (contre Dijon) en Ligue 1, et une élimination en Coupe de la Ligue (aux tirs au but à domicile contre Guingamp), les Corses vivent une période noire et ont chuté de la dixième à la quatorzième place de la Ligue 1 en un mois. Les voici même à un point du barragiste, Caen, et il va falloir commencer à regarder derrière plutôt que devant au classement.

Ciccolini : « Je suis KO »

Samedi, face à Dijon, sa bête noire (0 victoire en 6 confrontations à Furiani), Bastia a encore concédé un match nul 0-0, son cinquième de la saison (aucune équipe n’a fait pire.). Comme souvent, les Corses ont bien tenu le coup en défense, mais c’est en attaque que le bât a blessé. La faute à un Baptiste Reynet en état de grâce dans les buts (10 arrêts sans prendre de but, du jamais vu en L1 depuis Ruffier en janvier 2010), mais aussi à un manque de justesse devant le but. « Pour marquer un but, il va falloir aller à Lavasina (haut-lieu spirituel au nord de Bastia, ndlr). C’est difficile à expliquer, ce match. Je n’ai rien à reprocher aux joueurs. On a fait dix poteaux en quatre matchs, ça me fatigue. Ça me contrarie beaucoup, se désespérait l’entraîneur corse François Ciccolini en conférence de presse. Qu’on ne prenne qu’un point avec ce qu’ont donné les joueurs, ça me contrarie. Cette équipe de Dijon a bien défendu, mais elle a eu beaucoup de chance. Ce soir, je suis KO, le groupe est KO, c’est pire que si on avait perdu. La finalité c’est quoi ? Il faut tuer les matchs. Sur un coup tordu avec un terrain comme ça on peut perdre. Bien sûr il y a des points positifs, mais ce qu’il nous faut, c’est des points, tout court. »

Leca : « Il fut un temps, on aurait perdu ces matchs-là »

Le gardien corse Jean-Louis Leca, qui a eu beaucoup moins de travail à faire que son homologue dijonnais, essayait quant à lui de relativiser, car ce nul aurait pu se transformer en défaite sur un mauvais coup du sort : « Je ne vois pas ce qu’on peut faire de plus. Il faut tirer avec un bazooka. Entre le match de mercredi (en Coupe de la Ligue) et de ce soir, on a tiré 50 fois au but. On est dans un moment difficile. On ne prend pas trop de points sur ce mois d’octobre. Mais il fut un temps, on les aurait perdu ces matchs-là. Il faut se consoler comme ça ». Allan Saint-Maximin, qui s’est démené sur son côté gauche, mettait plus cette inefficacité sur le compte de la malchance que de la maladresse : « On a l’impression que ça ne va jamais rentrer. Mais ce n’est pas ce qui nous a empêchés de continuer. On a vraiment tout fait. Il manque peut-être cette chance… Sincèrement, je ne sais pas ce qu’il faut faire pour que ça rentre. » Sans doute aller prier à Lavasina, car en novembre, ce sont Lyon, Montpellier, Nice et Bordeaux que les Corses vont affronter. Et il faudra absolument marquer pour espérer prendre de précieux points.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant