Bastia anesthésie Lyon

le
0

Au terme d'un match miné par les fautes et les erreurs techniques, l'OL a du concéder un match nul sur la pelouse de Bastia (0-0). Un vrai coup d'arrêt après une série de cinq victoires consécutives.
Bastia - Lyon
(0-0)



Un vrai match nul. Toujours privés de Grenier et Gourcuff, et avec Nabil Fekir suspendu, l'OL n'a pas réussi à faire mieux qu'un 0-0 en terre corse. Considérablement gênés par le 3-5-2 mis en place par l'entraîneur intérimaire Ghislain Printant, et par l'agressivité bastiaise, les Gones arrivaient pourtant à Bastia avec l'objectif assumé d'enchaîner et de poursuivre cette série de cinq victoires d'affilée en Ligue 1. Ils ont pourtant toujours peinés à se montrer dangereux, à l'inverse de ce qu'ils avaient pour l'instant proposé dans ce championnat décidément toujours plus ouvert. Au terme d'un match fade, haché par les fautes, et miné par les erreurs techniques, les hommes d'Hubert Fournier doivent donc concéder un triste match nul. Un bon résultat pour des Bastiais motivés, mais un vrai coup d'arrêt pour les Lyonnais.
Sans envie, ni relief
Après une minute de silence respectée en mémoire d'Alain Gilles et d'Ilija Pantelic, le coup d'envoi est donné dans un Furiani bruyant, à défaut d'être plein. Sur la première incursion bastiaise, Umtiti concède un coup-franc bien placé en faisant faute sur Kamano. Si le coup-franc ne donne rien, le ballon revient sur Boudebouz qui tente un retourné acrobatique, sans succès. D'entrée, les Bastiais, exceptionnellement organisées en 3-5-2, exercent un pressing étouffant et empêchent bien la construction lyonnaise. Mais sur la première incursion des Gones dans la surface adverse, Bedimo, astucieusement décalé par Lacazette, se fait faucher par Diakité, mais l'arbitre ne bronche pas.

Les hommes de Printant sont bien en place, et font souffrir la défense lyonnaise, à l'image de Kamano, très actif sur le front de l'attaque. Si les deux équipes se montrent entreprenantes, les occasions se font rares, avec aucun tir cadré après 25 minutes de jeu. C'est le moment que choisis Kamano pour mettre le feu. Parti du milieu de terrain, le jeune attaquant accélère, réussit un grand pont sur Umtiti avant de voit sa frappe détournée en corner par Bisevac. Les duels se font âpres, à l'image d'un tampon de Diakité sur Tolisso, mais...










Bastia - Lyon
(0-0)



Un vrai match nul. Toujours privés de Grenier et Gourcuff, et avec Nabil Fekir suspendu, l'OL n'a pas réussi à faire mieux qu'un 0-0 en terre corse. Considérablement gênés par le 3-5-2 mis en place par l'entraîneur intérimaire Ghislain Printant, et par l'agressivité bastiaise, les Gones arrivaient pourtant à Bastia avec l'objectif assumé d'enchaîner et de poursuivre cette série de cinq victoires d'affilée en Ligue 1. Ils ont pourtant toujours peinés à se montrer dangereux, à l'inverse de ce qu'ils avaient pour l'instant proposé dans ce championnat décidément toujours plus ouvert. Au terme d'un match fade, haché par les fautes, et miné par les erreurs techniques, les hommes d'Hubert Fournier doivent donc concéder un triste match nul. Un bon résultat pour des Bastiais motivés, mais un vrai coup d'arrêt pour les Lyonnais.
Sans envie, ni relief
Après une minute de silence respectée en mémoire d'Alain Gilles et d'Ilija Pantelic, le coup d'envoi est donné dans un Furiani bruyant, à défaut d'être plein. Sur la première incursion bastiaise, Umtiti concède un coup-franc bien placé en faisant faute sur Kamano. Si le coup-franc ne donne rien, le ballon revient sur Boudebouz qui tente un retourné acrobatique, sans succès. D'entrée, les Bastiais, exceptionnellement organisées en 3-5-2, exercent un pressing étouffant et empêchent bien la construction lyonnaise. Mais sur la première incursion des Gones dans la surface adverse, Bedimo, astucieusement décalé par Lacazette, se fait faucher par Diakité, mais l'arbitre ne bronche pas.

Les hommes de Printant sont bien en place, et font souffrir la défense lyonnaise, à l'image de Kamano, très actif sur le front de l'attaque. Si les deux équipes se montrent entreprenantes, les occasions se font rares, avec aucun tir cadré après 25 minutes de jeu. C'est le moment que choisis Kamano pour mettre le feu. Parti du milieu de terrain, le jeune attaquant accélère, réussit un grand pont sur Umtiti avant de voit sa frappe détournée en corner par Bisevac. Les duels se font âpres, à l'image d'un tampon de Diakité sur Tolisso, mais...









...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant