Bassin d'Arcachon : forte mortalité des huîtres depuis plusieurs semaines

le
1
Bassin d'Arcachon : forte mortalité des huîtres depuis plusieurs semaines
Bassin d'Arcachon : forte mortalité des huîtres depuis plusieurs semaines

Les huîtres marchandes du bassin d'Arcachon, qui sont directement destinées à la vente, sont victimes d'une mortalité inhabituelle en ce mois de juillet, comme s'en est récemment fait l'écho «Sud Ouest». Leur taux de mortalité ces dernières semaines atteint de 50 à 80 % en fonction des élevages, alors que, en temps normal, il reste généralement inférieur à 10% et voisine même plutôt avec les 5%.

Alors que l'Ifremer (l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer) a lancé une enquête sur les causes de cette surmortalité, les éleveurs mettent d'ores et déjà deux hypothèses en avant. Le première explication pourrait venir des fortes précipitations qui se sont abattues sur la région au printemps. Le fort débit des cours d'eau se déversant dans l'océan a fait baisser le taux de salinité de l'Atlantique. Il se trouve ainsi au plus bas depuis onze ans, alors que les huîtres ont besoin de sel pour se développer.

Victimes d'un choc thermique ?

Le climat est également mis en cause pour expliquer cette mortalité subite et inhabituelle. Après un printemps particulièrement frais et un début d'été aux températures remarquablement basses, le thermomètre a pris dix bons degrés en très peu de temps. Ce choc thermique, les huîtres pourraient avoir eu du mal à l'encaisser car elle sont très fragiles. Une variation trop rapide et importante de la température peut avoir une incidence décisive sur leur survie.

Le préjudice est d'autant plus grand pour les éleveurs que le problème touche des huîtres prêtes à la vente, soit le fruit de trois ans de travail. Quand ce sont les naissains, c'est-à-dire les larves, qui sont touchés, la perte ne concerne qu'une année de travail. Ce coup dur survient après plusieurs années où les producteurs ont dû faire face à des virus et à des interdictions à la consommation. Il est déjà difficile pour certains d'honorer quelques-unes de leurs grosses commandes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le lundi 29 juil 2013 à 09:53

    Hé OUI...depuis qu'on accepte toute la chienlit du monde, elle se baigne dans nos eaux cristallines et pollue partout, et qui plus est, vide nos caisses sociales !...:-)))