Basket: Tony Parker, affamé en chef

le
0
TONY PARKER AFFICHE SES AMBITIONS POUR 2013
TONY PARKER AFFICHE SES AMBITIONS POUR 2013

par Romain Brunet

CHICAGO (Reuters) - Tony Parker entame l'année 2013 avec de grandes ambitions qui collent à son rôle de patron, déjà installé en équipe de France et de plus en plus influent au sein des San Antonio Spurs, son équipe en NBA.

Le meneur de jeu des Bleus et des Texans affirme sans détour ses objectifs de la saison : une cinquième participation au All Star Game, un quatrième titre de champion NBA et un premier titre de champion d'Europe.

"Pour moi, c'est un objectif chaque année de jouer comme un All-Star et à mon meilleur niveau", a-t-il dit à Reuters au sujet du premier, un voeu personnel.

"Mais mes plus gros objectifs, c'est de gagner un titre avec les Spurs et puis surtout d'en gagner un avec l'équipe de France. Je ne vais pas dire qu'être All-Star ça n'est pas bien mais gagner des titres, c'est beaucoup plus fort", reprend-il.

Même s'il estime n'avoir plus rien à prouver, à 30 ans et au coeur de sa 12e saison avec les Spurs, Parker serait "content" d'être sélectionné pour ce match de gala qui oppose chaque année en février les meilleurs joueurs des deux conférences de NBA.

Constant au plus haut niveau, il affiche des statistiques - 19,1 points, 3,1 rebonds et 7,3 passes décisives en 32 minutes jouées par match, quasi-similaires à celles qui lui avaient permis, en 2012, de participer à son quatrième All Star Game après ceux de 2006, 2007 et 2009.

Il y a en outre une nouveauté dans le jeu du meneur de San Antonio : son adresse à trois points qui n'a jamais été aussi élevée et constitue une arme de plus en plus efficace.

Parker tente toujours aussi peu souvent sa chance derrière la ligne - à peine 1,24 tentative en moyenne par match - mais il tourne autour de 40% de réussite cette saison contre 31% sur ses onze premières saisons.

"Plus je vais vieillir, plus je vais shooter à trois points et donc avec Chip (Engelland, son coach spécialiste du tir) on travaille sur cet aspect du jeu et cette année, ça se passe bien", note le MVP (meilleur joueur) des finales NBA 2007.

"PORTER L'ÉQUIPE TOUS LES SOIRS"

Surtout, Tony Parker est devenu le patron des Spurs. Sur le terrain, c'est lui qui dirige l'équipe, c'est lui le leader vocal du groupe et c'est lui encore que ses coéquipiers recherchent lors des moments chauds.

"C'est génial comme challenge d'être le leader d'une des meilleures équipes en NBA et d'avoir un coach comme Gregg Popovich qui te fait confiance", s'enthousiasme le Français, qui a succédé dans son rôle à Tim Duncan, bientôt 37 ans.

"La transition entre Tim et moi s'est faite naturellement et maintenant, c'est moi qui dois porter l'équipe tous les soirs."

Ce nouveau rôle lui permettra-t-il de mener les Spurs vers le cinquième titre NBA de leur histoire, le quatrième depuis l'arrivée du Français après ceux de 2003, 2005 et 2007 ?

La franchise texane est en tout cas revancharde après avoir manqué de peu les finales la saison dernière, s'inclinant 4-2 en finale de la conférence Ouest face à l'Oklahoma City Thunder.

"Le fait d'avoir perdu en finale de conférence l'année dernière, ça nous a donné une grosse motivation pour revenir cette année et essayer d'aller encore plus loin", pose Parker.

Avec 26 victoires pour 9 défaites, les Spurs sont troisièmes à l'Ouest, juste derrière le Thunder (26 victoires et 7 défaites) et les Los Angeles Clippers (27/8), malgré vingt matches disputés sur parquet adverse.

"J'aime bien notre place au classement. On a réussi à s'en sortir bien qu'on ait joué beaucoup de matches à l'extérieur", juge le Français.

Patron de la franchise texane, Parker est depuis longtemps celui de l'équipe de France avec qui il espère décrocher enfin un titre, en septembre lors du championnat d'Europe en Slovénie.

Battus en finale par l'Espagne en 2011, encore freinés par cet adversaire aux Jeux olympiques de Londres l'été dernier, en quart de finale cette fois, les Bleus viseront à la rentrée un premier sacre européen.

"On a maintenant l'expérience donc si tout le monde est en bonne santé, on peut faire un gros résultat en Slovénie", avance le meneur de jeu qui se voit volontiers faire main basse sur tous les trophées cette saison.

"Je veux les deux ! Un quatrième titre NBA et être champion d'Europe. C'est mes objectifs pour 2013. Impossible de choisir."

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant