Basket ProA : exploit de Limoges qui se rapproche de la finale

le
0
Basket ProA : exploit de Limoges qui se rapproche de la finale
Basket ProA : exploit de Limoges qui se rapproche de la finale

Limoges a réussi l'exploit de s'imposer vendredi à Dijon (63-60), seule équipe invaincue jusqu'ici à domicile, et n'est plus, désormais, qu'à une victoire de retrouver la finale de ProA de basket, quatorze ans après son dernier titre.

Grâce à ce succès au Palais des sports Jean-Michel Geoffroy, le CSP a repris l'avantage du terrain et apparaît dans la situation la plus confortable pour atteindre son rêve. Il peut décrocher le précieux sésame en allant chercher un nouveau succès dimanche sur le parquet dijonnais.

En cas de défaite, Limoges pourra encore valider son billet pour la finale lors d'un cinquième match décisif, la semaine prochaine, cette fois-ci sur son parquet.

Refroidis à domicile lors du match inaugural de ces demi-finales (70-71), les hommes de Jean-Marc Dupraz avaient réussi, non sans difficulté, à se remettre dans le coup en remportant la deuxième rencontre (71-63) sur leur parquet malgré un beau combat livré par leurs adversaires.

L'équipe dijonnaise a sans doute laissé des plumes lors de ce duel. Pour leur retour devant leur public, les joueurs de la JDA n'ont pas réussi à retrouver la belle dynamique qui leur avait permis de distancer Limoges à la mi-temps des deux précédentes confrontations.

Remis à flot par leur précédente victoire, les Limougeauds se sont évertués à ne jamais perdre le contact avec l'équipe bourguignonne dans ce match où l'adresse primée a fui les deux équipes (10/28 pour Dijon, 3/12 pour Limoges).

Dans l'engagement défensif, sa principale force, Dijon a encore su répondre présent mais aurait eu besoin d'une meilleure réussite derrière l'arc pour faire la différence.

- Limoges a tenu bon -

Son ailier américain Mykal Riley, la sensation de ces play-offs, a fait vibrer les supporteurs bourguignons en réussissant deux paniers primés consécutifs à moins de quatre minutes de la sonnerie (54-53 puis 57-53), lui qui n'avait jusque-là pas été très à l'aise ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant